Le sauvetage de la Grèce n'est plus indispensable, dit un élu CDU

le
2

BERLIN, 31 décembre (Reuters) - Les Etats membres de la zone euro ne sont plus obligés de voler au secours de la Grèce dans la mesure où elle n'a plus d'importance systémique pour le groupe, estime Michael Fuchs, vice-président du groupe parlementaire de la CDU-CSU, dont la chancelière allemande Angela Merkel est issue. "Si Alexis Tsipras du parti grec de gauche Syriza pense pouvoir revenir sur les réformes et les mesures d'austérité, la troïka devra revoir les crédits alloués à la Grèce", dit-il dans un entretien publié mercredi par le Rheinische Post. "L'époque où il nous fallait secourir la Grèce est révolue. Il n'y a plus moyen de faire chanter qui que ce soit. La Grèce n'a plus d'importance systémique pour l'euro", ajoute Michael Fuchs. Syriza, qui entend renégocier les conditions de l'aide financière internationale accordée à Athènes et effacer une partie de la dette grecque, est en tête des intentions de vote pour les législatives anticipées du 25 janvier. ID:nL6N0UE30J Hans-Werner Sinn, directeur de l'influent Institut allemand de recherches économiques Ifo, juge pour sa part qu'une sortie de la zone euro n'est pas inenvisageable pour Athènes. "Il faudra encore et encore de nouveaux effacements de la dette, à moins que le pays ne quitte la zone euro et ne puisse retrouver de la compétitivité en dévaluant", déclare-t-il dans les colonnes du quotidien allemand Tagespiegel. (Michael Nienaber, Jean-Philippe Lefief pour le service français, édité par Tangi Salaün)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • janaliz le mercredi 31 déc 2014 à 13:57

    Eh bien ! Voilà qui est dit ! S'il en existe qui manient la langue de bois, ce n'est pas le cas de ce député allemand !

  • charleco le mercredi 31 déc 2014 à 13:53

    C'est aussi mon avis, on est en face d'un puits sans fond. La Grèce ne devait pas entrer dans l'Euro, les élus le savaient et ils l'ont fait quand même. Un jour ou l'autre il faudra bien s'en remettre à l'évidence : c'est de mal en pis.

Partenaires Taux