Le saumon chilien veut s'alléger en antibiotiques

le
0
Des saumons chargés dans un camion par la Fiordo Austral Company à Calbuco, près de Puerto Montt, au Chili, en mars .
Des saumons chargés dans un camion par la Fiordo Austral Company à Calbuco, près de Puerto Montt, au Chili, en mars .

Le Chili lance un plan pour réduire le recours intensif aux antibiotiques dans son industrie du saumon, deuxième plus importante au monde.

Critiquée pour son recours intensif aux antibiotiques, l’industrie chilienne du saumon, deuxième plus importante au monde, a décidé cette semaine de réagir pour enrayer cette pratique. Le projet, baptisé « Pincoy » – l’esprit masculin des mers, selon la mythologie locale – associe producteurs, groupes pharmaceutiques et spécialistes de la nourriture pour poissons.

Le pays sud-américain est en effet montré du doigt par les défenseurs de l’environnement. « Nous utilisons au Chili 500 fois plus d’antibiotiques qu’en Norvège », premier producteur mondial, s’alarme ainsi Liesbeth van der Meer, directrice par intérim du groupe écologiste Oceana-Chili. En juin, cette organisation a obtenu une victoire importante devant la justice, qui a forcé à rendre publics la quantité et le type d’antibiotiques administrés aux saumons chiliens.

Le résultat est sans appel : en 2015, 557,2 tonnes de médicaments ont été injectés dans la production totale, de 846 163 tonnes, soit un taux d’antibiotiques de 0,066 %, selon le Service national de la pêche et de l’aquaculture (Sernapesca). En 2010, le taux était deux fois moindre, à 0,031 %, soit 143,2 tonnes de traitement sur une production de 466 857 tonnes.

Prévention, alimentation, sélection Le projet Pincoy, auquel participent des groupes comme Skretting, AquaGen/Blue Genomics, Pharmaq, Centrovet, Cermaq, Blumar et Ventisqueros, mise notamment sur « la reproduction sélective », des régimes adaptés, des vaccins ou « une sélection attentive des j...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant