Le Santiago-Bernabéu au stade de la discorde

le
0
Le Santiago-Bernabéu au stade de la discorde
Le Santiago-Bernabéu au stade de la discorde

Jour fatidique pour les deux finalistes de la Copa del Rey. C'est ce mercredi que Barcelone et Athletic connaîtront le stade qui hébergera leur finale. Ardemment désiré par les deux parties, le Santiago-Bernabéu ne devrait pas être l'élu. Car les Madridistas ont une peur bleue d'assister à un meeting politique de l'indépendantisme.

"Nous cherchons un terrain qui réunisse le critère de la plus grande capacité entre les deux villes. Nous savons que le stade qui répond le mieux à cela est le Bernabéu et nous l'avons fait savoir à la Fédération." Ces paroles, toujours d'actualité, ne datent pourtant pas de cette année. En 2012, déjà, Toni Freixa, porte-parole de la direction blaugrana, s'épanchait sur le désir qu'il partageait avec l'Athletic Bilbao de disputer la finale de la Copa del Rey au Santiago-Bernabéu. En 2009, même topo : directions barcelonaise et bilbayenne s'étaient entendues pour jouer leur finale de Coupe d'Espagne dans l'antre madridista. Pour rien, puisque ces deux millésimes s'étaient respectivement décidés au Vicente-Calderón et à Mestalla. À chaque fois, la présidence merengue avait décrété, dans son bon droit, qu'elle s'y refusait de peur d'accueillir une manifestation anti-royale et anti-espagnole. Aujourd'hui, le refrain est similaire, même si aucune voix madrilène ne s'est officiellement prononcée. Le verdict du siège de la finale, attendu dans l'après-midi, devrait une nouvelle fois écarter Bernabéu et Coupe du Roi pour des raisons loin d'être sportives.
En 2012, des toilettes en rénovation
Un club de seigneurs. Depuis plus d'un siècle, aficionados et membres du Real Madrid ne cessent de rabâcher ce couplet. "Le plus grand club de l'histoire" a compté sur les meilleurs joueurs, les meilleurs supporters, les meilleurs présidents et les meilleures installations. Avec une armoire à trophées pleine à craquer, des Ballons d'or à la pelle, un antre mythique et mystique, difficile de contredire cette thèse, aussi prétentieuse soit-elle. Cette seigneurie prend pourtant du plomb dans l'aile à l'heure du partage. Nombriliste ou apeuré, le fanion blanc meringue a déjà refusé à quelques reprises d'accueillir dans son stade - dont il est le propriétaire - une finale entre Athletic et Barça. En 2012, "Don" Florentino Pérez avait ainsi décrété ne pouvoir céder le Bernabéu pour cause de rénovation des toilettes Pour cette édition, Josu Urrutia et Josep Bartomeu, présidents des deux entités, ont déjà envoyé une missive à la Fédération. Son objet, la demande d'une finale à Madrid, n'a que peu de chances d'aboutir, de l'aveu même du porte-parole de la RFEF : "Nous ne pouvons pas imposer au Real qu'il soit le siège de la finale de la...


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant