Le sanctuaire des baleines tombe à l'eau

le , mis à jour à 07:00
0
Le sanctuaire des baleines tombe à l'eau
Le sanctuaire des baleines tombe à l'eau

Sale temps pour les cétacés. Hier, la Commission baleinière internationale, qui se réunit jusqu'à vendredi en Slovénie, a rejeté la proposition de créer une nouvelle zone protégée pour les baleines dans l'Atlantique sud. Le projet a recueilli 38 voix pour, 24 votes contre et 3 abstentions. Il fallait une majorité des trois quarts pour créer ce havre vaste 80 fois comme la France.

 

Le triumvirat formé par les derniers pays chasseurs — Japon, Norvège et Islande — s'y est évidemment opposé. « Beaucoup de pays comme le Maroc, le Cameroun, la Côte d'Ivoire ou la Guinée ont également voté contre parce qu'ils sont sous la coupe du Japon », s'énerve Charlotte Nithart, de l'association environnementale Robin des bois.

 

L'Argentine, le Brésil, l'Uruguay, à l'origine de la proposition, espéraient développer l'écotourisme alors qu'ils se trouvent sur la route de migration de ces mangeurs de plancton. La péninsule Valdés en Argentine sert ainsi de pouponnière aux baleines franches australes qui quittent l'Antarctique à la fin de l'été pour des eaux plus tempérées abritant leurs ébats amoureux. Les touristes peuvent alors se régaler du spectacle des mères qui hissent leurs petits à bout de nageoires pour les aider à respirer à la surface.

 

Le plus gros animal de la planète gravement menacé

 

Ces mastodontes sont en fait des animaux fragiles et actuellement menacés. « Les stocks de grandes baleines ont été décimés par la chasse industrielle au XXe siècle. Deux tiers des trois millions d'animaux tués durant cette période l'ont été dans l'hémisphère Sud », précise le professeur Frédéric Briand, directeur général de la MSC (Mediterranean Science Commission). La baleine bleue par exemple est très gravement menacée : on ne compte plus que quelques centaines d'individus dans cette partie du globe.

 

La Commission baleinière internationale a déjà créé deux sanctuaires, l'un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant