Le Salvador veut croire à la paix des gangs

le
0
INFOGRAPHIE - Le nombre d'assassinats a été divisé par trois après un accord controversé entre les deux principales bandes rivales.

Il s'appelle Viejo Lin - le «Vieux Lynx». Il a gagné son surnom à l'âge de 8 ans dans les rues de Los Angeles. Aujourd'hui, à 50 ans, il est considéré comme le chef de la mara 18, forte de plusieurs dizaines de milliers de membres au Salvador. Les crimes les plus horribles lui sont attribués. Incarcéré, il a été condamné en 2008 à quarante ans de prison pour le meurtre et la décapitation d'une femme. «Je ne la connaissais même pas. En plus, le tronc a été retrouvé sur le territoire de la Salvatrucha. Comment j'aurais laissé un tronc en territoire ennemi?» interroge-t-il.

Passionné d'histoire de France, Viejo Lin, de son vrai nom Carlos Mojica, préfère parler de De Gaulle que des activités délinquantes de sa pandilla. La violence et la cruauté des deux principales maras du Salvador, la 18 et la Salvatrucha, ont fait de ce pays l'un de ceux où on enregistrait, il y a encore quelques semaines, le plus d'assassinats au monde. Car depuis le mois de mars, le nomb...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant