Le sable, un ami qui vous veut du mal

le , mis à jour à 10:03
2
Le sable, un ami qui vous veut du mal
Le sable, un ami qui vous veut du mal

On s'y dore la pilule, on y plante son parasol, on y édifie des châteaux... Le sable rime avec vacances. Mais il faut s'en méfier. Mercredi, sur la plage de Moliets (Landes), un homme de 21 ans qui avait creusé un trou de 2 m a failli mourir asphyxié. Il a été sauvé de justesse par une chaîne humaine. Voici quelques précautions à prendre.

 

Interdiction formelle de s'enterrer !

 

Il n'est pas rare de voir des jeunes s'enterrer jusqu'au cou pour le plaisir d'un selfie. « C'est un jeu idiot et dangereux. Il suffit que l'eau arrive brusquement ou qu'il y ait un affaissement et la personne se trouve ensevelie », prévient Jean-Michel Lapoux, secrétaire de la Fédération des maîtres nageurs sauveteurs. Chaque année, « 2 à 3 accidents », parfois mortels, sont recensés.

 

Il n'y a aucune raison, en revanche, d'interdire à ses enfants de construire un mini-ravin de 10 cm protégeant le château de sable. Néanmoins, il est impératif de reboucher tous les trous avant de lever le camp, cela empêchera les distraits de s'y tordre la cheville.

 

Une serviette contre les mycoses

 

A l'instar des bipèdes, les micro-organismes adorent se prélasser au soleil. En été, les dermatophytes, des champignons microscopiques, prolifèrent sur le sable et s'attaquent à la peau, provoquant, entre autres, des mycoses du pied ou des ongles. « S'allonger sur une serviette, c'est mieux qu'à même le sable », souligne Claudine Blanchet-Bardon, vice-présidente du Syndicat national des dermatologues-vénérologues. Pour se débarasser de tous les indésirables, rien ne vaut une douche. Le virus des verrues s'invite également sur le sable. Une paire de tongs ou de méduses limite alors les risques.

 

Gare aux piqûres des poissons invisibles

 

Présente le long des côtes françaises, la vive, poisson doté d'épines vénéneuses sur sa crête dorsale, peut gâcher des congés. Elle est invisible, enfouie ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jean.e1 il y a 10 mois

    a paris plage le risque c est plus les terroristes les fientes de pigeon la pollution d el air et d'avoir le cerveau atteint par les dialogue entre boboide parigo

  • mlaure13 il y a 10 mois

    Moralité...testons chez nous, tranquille au coin du feu...:-)))