Le «rude» combat présidentiel d'Eva Joly

le
0
La candidate écologiste a assumé jusqu'au bout sa stratégie de campagne, sanctionnée par les sondages.

Elle est la première à reconnaître que ce fut «rude sur [sa] personne». Mais Eva Joly a finalement tenu le choc d'une campagne de premier tour. Au point même, parfois, d'apparaître comme sourde aux critiques. Force ou faiblesse?

À la sortie de l'été, l'ancienne magistrate était créditée jusqu'à 6 % d'intentions de vote. Un peu plus tôt, elle avait gagné haut la main la primaire écolo en prenant le parti sur sa gauche face à l'ancien animateur environnementaliste Nicolas Hulot. Mais depuis, Eva Joly a peu à peu dégringolé dans les sondages pour terminer sa campagne autour de 2 % d'intentions de vote, soit très au-dessous des espérances de ses amis écolos.

Des prises de position souvent éloignées de l'écologie

L'«affaire» du défilé militaire du 14 Juillet ou encore sa proposition de créer des jours fériés pour les musulmans et les juifs l'auraient trop éloignée des fondamentaux de l'écologie... Pour faire court: des enjeux de la planète! Comme lor

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant