Le Royaume-Uni, remplacé par l'Estonie, ne présidera pas le Conseil de l'UE

le , mis à jour à 20:57
0
Le Royaume-Uni, remplacé par l'Estonie, ne présidera pas le Conseil de l'UE
Le Royaume-Uni, remplacé par l'Estonie, ne présidera pas le Conseil de l'UE

Le Royaume-Uni est prêt à assumer son Brexit. Première conséquence concrète du référendum validant la sortie du pays de l'Union européenne (UE), Londres a annoncé ce mercredi renoncer à la présidence tournante du Conseil de l'UE. C'est l'Estonie qui prendra sa place. La Première ministre britannique Theresa May a aussi précisé qu'elle ne demanderai pas à quitter l'Union « avant la fin de cette année ».

 

Un Britannique devait être le chef du Conseil de l'UE, dont le président change tous les six mois, de juillet à septembre 2017. Mais la nouvelle Première ministre du Royaume-Uni préfère ne pas engager son pays à la tête de l'institution. Après un entretien avec la chancelière allemande Angela Merkel ce mercredi, Theresa May a aussi affirmé qu'elle ne déposerait pas sa demande formelle de sortie de l'UE « avant la fin de cette année. » Elle a expliqué que son pays avait besoin de temps pour préparer cette rupture.

 

C'est donc l'Estonie qui mènera le Conseil de l'UE pour le deuxième semestre de 2017. Le pays d'Europe de l'est a avancé sa période de présidence de six mois pour remplacer la Grande-Bretagne, a annoncé un porte-parole du Conseil européen ce mercredi. Ce dernier a précisé que cette décision est un accord entre les ambassadeurs des 28 états membres de l'UE. Les présidences suivantes suivront « dans l'ordre actuellement prévu », a-t-il détaillé.

 

Un « divorce de velours »

La Première ministre du Royaume-Uni, Theresa May, a expliqué que son pays serait « très occupé avec les négociations pour quitter l'UE », une « priorité » pour elle. Selon un communiqué de Downing Street, le président du Conseil européen « Donald Tusk a salué la décision rapide de la Première ministre sur la question, qui permettra au Conseil de mettre en place des solutions alternatives. ». Sur Twitter, le Polonais a appelé au calme.

 

Told PM ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant