Le Roy : " J'aurais pu être plus confortable "

le
0
Le Roy : " J'aurais pu être plus confortable "
Le Roy : " J'aurais pu être plus confortable "

Claude Le Roy, installé sur le banc de touche du Togo depuis avril 2016, a décidé de procéder à des changements aussi surprenants que nombreux pour les trois matchs du mois de juin - Nigeria, Comores, Algérie -, en écartant de nombreux cadres. Et, pour les remplacer, il a fait appel à de jeunes joueurs évoluant presque tous dans le championnat local ou dans des académies.

Faire de tels choix, avec les absences de Romao, Akakpo, Mamah, Ouko-Akoriko, Segbefia ou Boukari, pour affronter notamment le Nigeria et l'Algérie, c'est osé...
Je suis là pour faire avancer le football togolais. Déjà, je tiens à dire que les portes de la sélection ne sont fermées à personne. Certains anciens ont été évidemment touchés quand ils ont appris qu'ils n'étaient pas concernés par les trois matchs de juin. Le calendrier se prêtait aussi à ce genre d'initiative, avec deux matchs amicaux, contre l'une des meilleures sélections africaines, le Nigeria, et une autre qui progresse, les Comores. Cela fait plus d'un an que je suis sélectionneur du Togo. Je suis très souvent sur place, j'ai vu avec mon staff technique des matchs de championnat, des matchs disputés par des académies, des tournois de quartier.

Et vous avez donc décidé de modifier en profondeur le profil de la sélection...
En 1985, quand j'avais été nommé au Cameroun, j'avais déjà fait la même chose. En appelant des jeunes tout en conservant une ossature, ce qui est le cas aussi avec le Togo. Je me souviens que nous étions partis en tournée au Cameroun. Les quatre premiers matchs, nous avions pris quelques raclées. Et lors des sept autres, nous n'avions pas perdu. Un sélectionneur est là pour faire des choix. J'ai vu des choses très intéressantes au Togo depuis un an. Le championnat national, qui avait été interrompu pendant trois ans, a repris cette saison, et on voit des joueurs avec un vrai potentiel. Alors, pourquoi ne pas leur donner leur chance ?

Oui, pourquoi ?
Ces derniers temps, ce n'était pas compliqué de savoir qui serait sélectionné. C'était toujours les mêmes joueurs. Qu'ils jouent ou pas en club, ils étaient quasiment assurés d'être là. Il ne faut pas fonctionnariser le métier de sélectionneur. Au contraire, celui-ci doit faire des choix, prendre des risques.

Il y a eu des choses lors de la CAN au Gabon qui vous ont déplu ?
Non,

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant