Le Roux : une majorité «soudée» malgré quelques «dérives gauchistes»

le
1
Le Roux : une majorité «soudée» malgré quelques «dérives gauchistes»
Le Roux : une majorité «soudée» malgré quelques «dérives gauchistes»

Ces quelques mots pourraient faire bondir une aile gauche déjà échaudée. Alors que la majorité étale ses divisions sur l'amnistie sociale, le chef de file des députés socialistes, Bruno Le Roux, a estimé ce mercredi, au micro de BFM TV, qu'au sein de la majorité parlementaire «il peut y avoir sur quelques éléments de texte ce que l'on pourrait qualifier de dérives gauchistes».

>> Notre dossier sur la première année du quinquennat de François Hollande

Bien qu'il juge cette majorité «soudée» autour du président de la République - «Nous ne nous sommes jamais fait battre en séance, la majorité a toujours été mobilisée et les textes du président de la République ont toujours pu passer», fait-il valoir - Bruno Le Roux admet qu'«il y a une partie du groupe avec laquelle (il) souhaite être en discussion».

«Le gauchisme ne permet pas l'action»

C'est qu'aux yeux de l'élu de Seine-Saint-Denis, proche de François Hollande, «le gauchisme ne permet pas l'action». «Il ne faut pas tomber dans ce piège», insiste-t-il, rappelant que «la gauche est là pour agir, pas pour proclamer». Il poursuit : «Elle est là pour obtenir des résultats, elle n'est pas là pour se plaindre. Elle est là pour gérer dans la durée, pas simplement pour faire un petit tour et ensuite être virée parce que nous nous serions fait plaisir à donner ce que nous ne possédons pas aujourd'hui.»

De toute façon, défend Bruno Le Roux à la veille d'une rencontre entre François Hollande et les députés, «ce que nous faisons est clairement à gauche, clairement réformiste mais pas gauchiste». Le président du groupe PS à l'Assemblée redit ainsi son opposition au principe de «l'amnistie sociale» ou aux «licenciements boursiers».

VIDEO. Bruno Le Roux sur BFM TV

Quasiment au même moment, sur i-télé, s'exprimait un autre proche du chef de l'Etat. Le maire PS de Quimper Bernard Poignant salue le «vrai bouleversement»...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M6486201 le jeudi 16 mai 2013 à 07:36

    Ce sont leurs neurones qui sont soudés