Le Roux: "la primaire ne permet pas" le "rassemblement"

le
9
Bruno Le Roux à l'Assemblée nationale, le 12 octobre 2016 ( AFP/Archives / JACQUES DEMARTHON )
Bruno Le Roux à l'Assemblée nationale, le 12 octobre 2016 ( AFP/Archives / JACQUES DEMARTHON )

Le chef de file des députés socialistes Bruno Le Roux a mis en doute l'opportunité pour François Hollande de participer à la primaire de la gauche en estimant qu'elle "ne permet pas" le "rassemblement".

"Il faut un rassemblement", a déclaré M. Le Roux, proche de François Hollande, mardi sur France 3. "Et aujourd'hui on voit que la primaire, malheureusement, ne permet pas ce rassemblement", a-t-il souligné, insinuant ainsi, à l'unisson de plusieurs soutiens du président, qu'il devrait contourner cette primaire organisée par le PS les 22 et 29 janvier.

"Il y a trop de candidats à gauche, il y a trop de candidats hors primaire", a-t-il poursuivi. "Et donc il faut essayer de trouver une primaire qui peut rassembler tout le monde."

M. Le Roux a tenu également à lancer "un appel à la responsabilité" aux différents candidats déclarés, à la primaire de la gauche (Arnaud Montebourg, Benoît Hamon...) ou en dehors (Emmanuel Macron, Sylvia Pinel, Jean-Luc Mélenchon...).

"Je vais même plus loin", a-t-il renchéri. "Je pense que quand le Président de la République annonce sa candidature, s'il annonce sa candidature, il doit y avoir un premier mouvement de responsabilité pour dire: +nous sommes derrière, sans la primaire, sans passer par un débat sur le bilan, nous voulons mener la bataille politique derrière lui+", a déclaré M. Le Roux.

Interrogé sur les tensions entre François Hollande et Manuel Valls, M. Le Roux a répondu qu'il n'y avait "pas le moindre espace pour un combat entre le Premier ministre et le président de la République".

"Ca a été rappelé" lundi lors d'un déjeuner entre les deux, a-t-il relevé. "Tant mieux mais il a fallu quelques heures de trop."

Le député de Seine-Saint-Denis a ainsi reconnu "une forme de pression" de Manuel Valls sur François Hollande "qui a été surtout exacerbée par les entourages". "Il y a des impatiences à partir au combat politique, dans le bon sens du terme, et cela a fait quelques comportements qui ont peut être été un peu trop loin", a estimé M. Le Roux.

"Aujourd'hui les choses sont claires. Il y a un Premier ministre qui dit qu'il attendra que le Président de la République fasse connaître sa décision. Et si le Président de la République est candidat - ce que je souhaite - alors il n'y aura pas de candidature du Premier ministre et nous serons tous derrière pour mener le combat", a-t-il assuré.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M898407 il y a 7 jours

    Triste spectacle d'une gauche en déroute qui ne sait plus ni quoi dire, ni quoi faire.....

  • phili646 il y a 7 jours

    On peut imaginer un apport de voix de droite s'invitant à la primaire de la gauche pour sortir Culbuto 1er !!!!

  • phili646 il y a 7 jours

    On devine la manoeuvre grossière des soutiens de Hollande pour lui éviter l'humiliation d'une défaite à la primaire.Le résultat de la primaire de la droite et du centre ou Sarkozy s'est fait sortir par 600 000 électeurs de gauche donne des sueurs froides à Hollande !!!

  • renard il y a 7 jours

    La France des comptes en Suisse et des sans-dents doit laisser la place à celle des "châteaux et des sans-culottes" pour citer ma nouvelle idole, préférée à Griezman et à Louane : Francsco Fillones, el Cabellero !

  • alleyras il y a 7 jours

    C'est sans doute un grand numéro de comique que nous livre Leroux, à moins que ce soitdu contorsionnisme

  • M7163258 il y a 7 jours

    Pour Bruno Le Roux Une bonne par ...ze c'est mieux pour le rapprochement avant le rassemblement!!

  • frk987 il y a 7 jours

    J'en arrive à la conclusion que la constitution de la V eme république a été faite pour des gens honnêtes mais certainement pas pour des gougnafiers du style de FM, JC, NS ou FH. (autant pour la D que pour la G), voyez je suis impartial.

  • frk987 il y a 7 jours

    Du temps de la III eme république, les Présidents étaient honorifiques, on a eu deux fous (Félix Faure et Deschanel), aujourd'hui élire un dingue pose un problème majeur, n'oublions pas qu'il dispose de tous les pouvoirs.

  • renard il y a 7 jours

    Ca sent la grande Bérésina, tellement méritée après ce quinquennat catastrophique, le pire président depuis 1789.