Le rouble baisse après la mise sous surveillance de S&P

le
0

MOSCOU, 24 décembre (Reuters) - Le rouble baisse mercredi matin après une brève hausse en ouverture, au lendemain de la mise sous surveillance négative de la note de la dette souveraine russe par Standard & Poor's. Vers 07h25 GMT, le rouble se traite à 54,88 pour un dollar RUBUTSTN=MCX , en baisse de 0,7%, et 66,38 pour un euro EURRUBTN=MCX , en recul de 0,8%. Standard & Poor's a annoncé mardi avoir placé la note souveraine de la Russie sous surveillance avec implication négative, menaçant ainsi de la ramener en catégorie spéculative ("junk"). L'agence de notation a évoqué une rapide détérioration de la flexibilité monétaire du pays et l'affaiblissement de son économie pour justifier cette décision. ID:nL6N0U72WM "Nous constatons que la note de S&P est à la frontière basse de la catégorie d'investissement et perdrait ce statut si elle était abaissée", écrivent les analystes de Sberbank Investment Research dans une note de recherche. Moody's a abaissé en octobre la note souveraine de la Russie d'un échelon, de Baa1 à Baa2, tout en maintenant une perspective négative. ID:nL6N0SC505 "Les choses deviendraient plus compliquées si deux des trois agences passaient en catégorie spéculative," écrivent les analystes de Sberbank. La banque centrale russe a annoncé mercredi son intention de commencer à prêter de l'argent en devises fortes à des entreprises et des banques disposées à placer leurs titres de crédit étrangers en garantie auprès du régulateur. Cette mesure contribuerait à stabiliser le rouble, tout en aidant les sociétés russes à refinancer leurs emprunts à l'international. La baisse du rouble a été amortie par la vente de leurs avoirs en devises par des exportateurs, en réaction à l'ordre du gouvernement russe de commencer à vendre des devises fortes. Les sociétés sont également incitées à vendre car elles ont besoin de roubles pour payer leurs impôts mensuels cette semaine. Alors que la dette souveraine russe est faible, les entreprises publiques et privées, et les banques, ont accumulé 600 milliards de dollars (492 milliards d'euros) de dettes étrangères, dont 100 milliards arrivent à échéance en 2015. Leur capacité à rembourser leurs prêts a été sérieusement mise à mal par les sanctions occidentales contre la Russie qui ont barré l'accès des sociétés et des banques russes aux marchés des capitaux, notamment en Europe et aux Etats-Unis. Le chute des cours du pétrole et l'effondrement du rouble ont aussi affecté leur situation financière. (Katya Golubkova et Dmitri Zhdannikov; Juliette Rouillon pour le service français, édité par Patrick Vignal)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant