Le roman noir de l'économie marseillaise

le
26
Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls lors de sa visite à Marseille le 14 août 2013.
Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls lors de sa visite à Marseille le 14 août 2013.

Mais qu'est-il donc arrivé à Marseille ? Pendant les Trente Glorieuses, la ville fut un symbole du dynamisme et de la croissance de la France. Façade ouverte sur la Méditerranée, elle était un foyer économique, très actif dans l'agroalimentaire, qui a attiré 250 000 habitants supplémentaires entre 1955 et 1975. Les chiffres lui donnent désormais l'image d'une ville pauvre, en dessous de tous les standards nationaux. Moins de la moitié des foyers fiscaux sont imposables, le taux de chômage dépasse 17 %, et en 2012, 26 % des habitants vivaient sous le seuil de pauvreté avec moins de 964 euros par mois.

Dans cette économie dégradée, les règlements de comptes s'enchaînent : déjà le seizième cette année. Le phénomène n'est pas nouveau : il y en a eu 25 en 2012, 29 en 2011, 24 en 2010, 29 en 2009 et 14 en 2008. Marseille détenait même en 2012 le triste record national d'infractions commises, selon un rapport de la Direction centrale de la police judiciaire. Pour tous les acteurs, la violence actuelle, souvent liée au trafic de drogue, est un des symptômes de l'échec de la politique économique dans des quartiers enclavés, laissés "à l'abandon".Appauvrissement du centre

Le déclin marseillais s'amorce dans les années 1970 avec le choc pétrolier : 60 000 emplois sont détruits entre 1975 et 1990 sous le règne de Gaston Defferre, puis de son successeur Robert-Paul Vigouroux. Même si Jean-Claude Gaudin clame le contraire, la...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M596168 le samedi 26 oct 2013 à 23:55

    http://hollande-degage.fr/petition/

  • M2614138 le samedi 26 oct 2013 à 23:04

    De toute façon Marseille n est plus une ville française

  • M8252219 le samedi 26 oct 2013 à 18:37

    CGT des ports et de la sncf fret même combat . Des investissements financiers énormes et la fuite des clients avec les grèves à répétitions et "spontanées" Aucune prise en compte de leurs responsabilités.Seule orientation, le maximum de nuisances pour en tirer des avantages corporatifs.

  • knbskin le samedi 26 oct 2013 à 16:54

    Oh beaucoup plus proche, M8252219, le port de Gênes, tout simplement ... Il est vrai aque Marseille n'a pas su garder sa place de grand port méditerranéen, encore que CMA-CGM y soit solidement ancré ...

  • M8252219 le samedi 26 oct 2013 à 16:41

    Les dockers affilés à la CGT ont tués Marseille par les grèves à répétition qui ont fait fuir les affréteurs et à cause de cela aucun investissement portuaire n'a été envisagé.Pendant ce temps Anvers et Amsterdam ramassaient le transport maritime.

  • RIC335DA le samedi 26 oct 2013 à 14:53

    et ce n'est que les salaires, mais si vous fouillez un peu dans ces pages, vous trouverez tous les avantages (appartement de fonction, prime de chauffage, primes en tout genre, véhicule de fonction, maison de vacances, avion présidentiel .....) la liste est longue

  • RIC335DA le samedi 26 oct 2013 à 14:50

    va voir ensuite ceci, je suis sûr qu'il a de la famille à marseille http://www.journaldunet.com/economie/magazine/ministeres-salaire-des-contractuels/kader-arif.shtml

  • RIC335DA le samedi 26 oct 2013 à 14:48

    bib simplement pour confirmer ce que tu viens de dire va voir icihttp://www.journaldunet.com/economie/magazine/le-salaire-des-politiques-et-des-elus/

  • blbryvsg le samedi 26 oct 2013 à 14:43

    RIC335DA, vous avez raison mais tant que nos oligarques cumulards ne trembleront pas pour leur(s) fauteuil(s) tellement rémunérateurs ils ne feront rien. Alors, proposez moi votre solution.

  • RIC335DA le samedi 26 oct 2013 à 14:39

    personne ne pourra régler le problème d'immigration et d'insécurité de Marseille, pas même le FN, temps que la loi sur les droit de l'homme ne change pas, on ne peut rien faire, regardez le cinéma avec l'affaire leonarda, qui nous a quand même couté 19000 euros d'expulsion, et 4 ans d'assistanat avec nos impôts, et ce n'est pas fini, d'ici a ce que le gouvernement accepte leur intégration en france, il n'y a pas loin, donc 19000€ de plus pour les faire revenir, FRANCAIS, sortez vos porte monnaie