Le rôle important de Berlin dans la libération de Shalit

le
0
Respectés des pays arabes pour leur neutralité, les services secrets allemands ont joué un rôle marquant dans le retour du jeune soldat. Un agent surnommé «Monsieur Hezbollah» a mené dans l'ombre les négociations.

Il est connu sous le nom de «Monsieur Hezbollah» dans une bonne partie du Moyen-Orient. Gerhard Conrad, comme se fait appeler ce grand Allemand quadragénaire, dirige depuis une dizaine d'années l'antenne au Proche-Orient du Bundesnachrichtendienst (BND), les services de renseignement allemands. Son rôle dans la libération de Gilad Shalit a été reconnu officiellement par le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou : «Je tiens à remercier le médiateur allemand et la chancelière Merkel pour la libération de Gilad Shalit», a-t-il dit le jour de l'annonce de l'accord d'échange. Après des études d'arabe et d'islamologie à l'Université de Heidelberg, Conrad a travaillé dans les ambassades de Beyrouth et de Damas avant de rentrer au BND. Il y a pris la suite du précédent négociateur connu sous le nom de «Gradl», aujourd'hui retraité.

Ce n'est en effet pas la première fois que l'Allemagne participe à des négociations sensibles dans cette région. Berlin, à l...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant