Le rôle de l'assurance santé dans la lutte contre l'obésité

le
0
Enfant ou adulte, riche ou pauvre, homme ou femme, l'obésité n'épargne aucune catégorie de population. Les traitements existent, mais demandent force morale et moyens financiers.
L'obésité, nouveau risque de santé publique

20 millions de Français, soit 33 % de la population, sont aujourd'hui en surpoids. 6 millions, (10 %) sont en situation d'obésité. Ces chiffres très significatifs sont issus d'une étude de l'OBEPI: celle-ci prévoit que si rien n'est fait pour changer les modes de consommation, 20 % de la population française sera obèse d'ici 2020.

Ces chiffres ne sont pas plus rassurants en Europe, encore moins en Amérique du Nord ou du Sud. Ainsi, au Brésil, près de la moitié de la population est considérée en surpoids.

Devant l'ampleur du phénomène, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) considère désormais ce fléau comme une épidémie. La maladie qu'est l'obésité est source de graves problèmes physiques mais aussi psychologiques. Ainsi, les individus obèses sont plus que d'autres susceptibles de développer de l'hypertension artérielle, un diabète, des maladies articulaires ou cardiovasculaires, des cancers de l'intestin et du sein, du cholestérol ou une insuffisance veineuse… L'OMS attribue à l'obésité un million de décès chaque année en Europe.

Des traitements multiples mais tous intenses

Se soigner pour cette maladie n'est pas une mince affaire et les régimes miracles n'existent pas. Guérir requiert un traitement long et éprouvant pour lequel l'accompagnement d'un médecin est recommandé. Il saura vous aiguiller vers la méthode la mieux adaptée en tenant compte de votre situation personnelle:

- les cures thermales (parfois couvertes par votre assurance santé),

- les régimes alimentaires,

- le traitement médicamenteux: de la phytothérapie, soin par les plantes, aux molécules telles que l'orlistat. Deux médicaments, la pilule Alli et le Xénical, en contiennent. Ils nécessitent également d'adopter en parallèle un régime diététique strict. Le suivi médical est enfin indispensable,

- la chirurgie gastrique. Celle-ci est utilisée en dernier recours, se traduisant souvent par la pose d'un anneau stomacal.

L'assurance santé: un complément essentiel

L'accompagnement dans le cadre de régimes alimentaires ou certaines cures seront très partiellement couverts par l'Assurance maladie. La souscription d'une complémentaire santé spécifique est la solution plus appropriée pour la prise en charge de ce type de frais.

Les traitements médicamenteux ne sont pas reconnus par l'organisme de santé publique. Il s'agit donc de déterminer avec soin quelle assurance pourra les prendre en charge.

À condition que le médecin-conseil ait donné son accord préalable, l'intervention de chirurgie gastrique et l'hospitalisation seront prises en charge par la Sécurité sociale. Le remboursement pourra être complété par une assurance hospitalisation prenant en charge le forfait journalier et les dépenses de confort lors du séjour en hôpital.

LIRE AUSSI:

» Hypertension: le cri d'alarme des cardiologues

» Les bilans de santé sont-ils utiles?

SERVICE:

» Profitez d'une couverture santé complète à partir de 11,39€/mois

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant