Le rôle contesté de Pretoria en Centrafrique

le
0
Treize soldats sud-africains ont été tués à Bangui lors d'un affrontement avec les rebelles de la Séléka. C'est le bilan le plus lourd dans des opérations extérieures depuis les guerres régionales du régime d'apartheid.

Que diable des soldats sud-africains allaient-ils faire dans cette galère? «Ce n'est pas notre région, l'État n'y a pas d'intérêt économique que nous connaissions, et il n'y a pas de mandat international qui justifie notre participation à cette guerre», observe une éditorialiste du Daily Maverick. Pretoria apparaissait comme le dernier allié du régime de Bozizé. En janvier dernier, sur sa requête, l'Afrique du Sud avait envoyé 298 soldats en Centrafrique, en plus de la vingtaine déjà présente en vertu d'un accord de coopération militaire de 2007 sur la formation des troupes locales. Elle paye aujourd'hui le prix fort pour son implication: 13 soldats tués lors d'un affrontement avec les troupes de la Séléka, samedi 23 mars, soit le bilan le plu...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant