Le roi du pop-corn est... allemand et vit dans le Gers !

le , mis à jour à 09:01
0
Le roi du pop-corn est... allemand et vit dans le Gers !
Le roi du pop-corn est... allemand et vit dans le Gers !

« Quand je me suis lancé, en 1991, dans la culture de maïs à éclater, personne ne croyait que cela prendrait une telle ampleur », confie modestement Michael Ehmann, le président de l’entreprise Nataïs. Vingt-cinq ans plus tard, cet Allemand n’a pas attrapé l’accent du Sud-Ouest mais a transformé la petite ferme familiale installée à Bézéril (Gers) en leadeur européen de la production de pop-corn. Pour répondre à la demande de ce marché en croissance, la société recherche actuellement de nouvelles surfaces agricoles dans le Sud-Ouest.

 

Perdue au milieu des champs de maïs, l’exploitation familiale de Michael Ehmann est devenue une usine employant 130 salariés. Après être tombé amoureux de ce petit coin du Gers, ce grand brun à l’allure toujours assurée a repris à l’âge de 24 ans, et bien qu’il ne parlât pas la langue de Molière, les rênes de l’exploitation que son père avait lui-même rachetée en 1981.

 

NATAÏS TRAVAILLE AVEC  240 AGRICULTEURS LOCAUX

 

C’est lors d’un voyage aux Etats- Unis que Michael Ehmann, agronome de formation, a décidé de s’attaquer au marché du pop-corn, chasse gardée des Américains.

 

« Je voulais innover, diversifier mes cultures de colza et de tournesol, alors j’ai ramené quelques semences du Kansas pour faire des essais sur une dizaine d’hectares, raconte ce quadra au caractère carré, héritage de sa culture allemande. J’ai signé mon premier contrat en Allemagne, où j’avais plus de réseaux. En 1994, j’ai créé avec un agriculteur de Gimont (Gers) la société Pop-Corn Midi-Pyrénées. »

 

Rebaptisée Nataïs en 2005, l’entreprise familiale affichait 38 M€ de chiffre d’affaires en 2015, les deux tiers grâce à la vente des sachets micro- ondables commercialisés dans la grande distribution sous diverses marques, et un tiers sur le pop-corn en vrac vendu aux professionnels des cinémas et fêtes foraines. Pour ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant