Le roi du Maroc à l'Elysée : «Lutter ensemble contre le terrorisme»

le
0
Le roi du Maroc à l'Elysée : «Lutter ensemble contre le terrorisme»
Le roi du Maroc à l'Elysée : «Lutter ensemble contre le terrorisme»

Le roi du Maroc, Mohammed VI, était reçu ce lundi après-midi à l'Elysée par François Hollande. Lors d'un entretien d'une heure, les deux dirigeants ont scellé la réconciliation entre la France et le Maroc après un an de brouille diplomatique. «Dix jours après le rétablissement de la coopération judiciaire, cette rencontre marque un moment fort de réconciliation», indiquait l'entourage du président de la République avant l'entretien. Mohammed VI avait sollicité ce rendez-vous, dans le cadre d'une visite privée en France, François Hollande s'étant dit auparavant «disponible» pour le rencontrer.

Pour concrétiser la relance des relations, François Hollande et le roi du Maroc ont convenu d'un «programme intense de visites ministérielles» pour préparer une «prochaine réunion de haut niveau» entre leurs gouvernements. Cette rencontre doit avoir lieu avant l'été et sera présidée par les Premiers ministres français et marocain.

Mohammed VI et François Hollande ont également consolidé l'accord signé le 31 janvier dernier à Paris rétablissant la coopération judiciaire et anti-terroriste entre les deux pays. «L'idée est de rétablir assez vite la coopération sécuritaire, en particulier concernant la lutte contre le terrorisme au Sahel et en Libye» a précisé l'entourage du président français.

 Brouille envenimée par une série d'impairs diplomatiques

Cette accord était intervenu près d'un an après une brouille déclenchée le 20 février 2014 par une descente de police à la résidence de l'ambassadeur marocain à Paris. Les forces de l'ordre étaient venues notifier une demande d'audition de la justice française au patron du contre-espionnage Abdellatif Hammouchi, accusé de torture par des opposants marocains et contre lequel l'ACAT, une ONG française, avait porté plainte. Cette brouille a été envenimée ensuite par une série d'incidents et d'impairs diplomatiques, notamment lors d'un contrôle ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant