Le roi des Deux-Siciles

le
0
Le roi des Deux-Siciles
Le roi des Deux-Siciles

À 41 ans, Giorgio Corona affole encore les compteurs avec le club de Messine en 3e division italienne. Plus qu'un joueur, c'est un emblème du Sud de l'Italie, qu'il a parcouru de long en large.

"C'était un match de terza categoria, on perdait 1-0. À ce moment-là, je retrousse les jambes de mon short, on a gagné 5-1 et j'ai inscrit trois buts. Depuis, je le refais régulièrement et ça fonctionne presque toujours." En bon méridional, Giorgio Corona est un homme très superstitieux. C'est d'ailleurs ce petit rituel qui l'a fait connaître à l'Italie entière il y a quelques années. Le Sicilien avait déjà la trentaine. Il en a maintenant 41, et il les porte très bien. En effet, Re Giorgio ("corona" signifiant couronne dans la langue de Silvio) a encore disputé 33 matchs avec Messine cette saison. Surtout, il a inscrit pas moins de 12 buts. Pour le moment, cela ne suffit pas à maintenir le club sicilien en Lega Pro qui devra en passer par les play-offs pour ne pas descendre. La présence de son goleador est évidemment indispensable.
On dirait le Sud
"Tout a commencé en 1996 lors d'un amical entre Palerme et mon équipe de Cinisi qui évoluait en Promozione (7e division, ndlr) et j'ai marqué. Du coup, je suis parti à l'essai pendant trois mois à Palerme qui était alors en Serie B. Je m'entraînais avec eux toute la semaine, et le dimanche, je jouais avec Cinisi." Giorgio a déjà 22 ans et n'imagine pas encore qu'il va vivre du foot puisqu'il travaille dans les restos palermitains en tant que serveur. Ce petit stage dans le chef-lieu de Sicile va être le tournant de sa carrière. À la fin de la saison, Corona signe à Milazzo, club sicilien de Serie D. Son tour du Sud de l'Italie peut alors débuter : la Sicile avec Messine et Catane, la Calabre avec Catanzaro et Taranto, la Campanie à Giugliano et à la Juve Stabia, sans oublier les Pouilles du côté de Tricase et Brindisi. Un peu plus haut, le Molise et Campobasso. "Ça a été voulu, car je suis très lié au Sud de l'Italie. Il y a eu une parenthèse à Pescara et deux ans à Mantova où ça s'est d'ailleurs bien passé. Mais je suis un méridional, j'aime bien les paris et affronter les difficultés au jour le jour." Son style est d'ailleurs presque caricatural avec ses cheveux longs et son regard menaçant : "Paraît que je suis antipathique, mais c'est juste que je n'ai confiance qu'en très peu de personnes". Le Sicilien vrai.
La Serie A à 32 ans
En plus de 20 ans de carrière, Giorgio peut se vanter…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant