Le robot Philae se pose avec succès sur la comète "Tchouri"

le
0
LE ROBOT PHILAE A RÉUSSI SON ATTERRISSAGE SUR LA COMÈTE "TCHOURI"
LE ROBOT PHILAE A RÉUSSI SON ATTERRISSAGE SUR LA COMÈTE "TCHOURI"

BERLIN/FRANCFORT (Reuters) - Le robot Philae s'est posé avec succès mercredi sur la comète 67P/Tchourioumov-Guerassimenko ("Tchouri") pour mener une série d'expériences destinées à comprendre la formation du système solaire, a annoncé l'Agence spatiale européenne (ESA).

Le robot en forme de boîte d'environ 100 kg s'était séparé dans la matinée de la sonde Rosetta, mise au point par l'ESA, afin d'effectuer une phase d'approche qui a duré environ sept heures.

Les scientifiques ont confirmé peu après 16h00 GMT qu'il s'était arrimé à la comète, un bloc de quatre kilomètres de longueur et d'un poids de 10 milliards de tonnes situé à quelque 500 millions de kilomètres de la Terre.

C'est la première fois dans l'histoire de la conquête spatiale qu'un engin construit par l'homme se pose sur une comète et ne se contente pas de la survoler pour en prendre des photos.

"Nous sommes prêts à faire de la science-fiction une science exacte", a déclaré Thomas Reiter, directeur des vols habités et des opérations à l'ESA, peu avant la confirmation du succès de la mission, qui a coûté 1,4 milliard d'euros.

Il a fallu dix ans, cinq mois et quatre jours à Rosetta pour atteindre la comète dont l'existence avait été découverte en 1969, soit un voyage de 6,4 milliards de km.

Au cours de sa phase d'approche, Philae a procédé à des examens du champ magnétique entourant la comète ainsi que des poussières, particules et gaz enveloppant cette dernière. Le robot s'est ensuite arrimé avec un système de doubles harpons à la surface rocheuse.

Les scientifiques s'attendent désormais à recevoir une photo de la comète prise par Philae, qui doit ensuite mener tout un programme d'expériences pendant deux jours et demi en fonction de ses batteries.

Les ingénieurs espèrent que le robot a pu se poser dans une zone pas trop sombre, ni trop obscurcie par la poussière, afin de pouvoir capter la lumière avec ses panneaux solaires et ainsi alimenter en énergie ses instruments embarqués.

Les expériences de cette mission entamée il y a une décennie doivent aider les scientifiques à comprendre comment la Terre et les autres planètes se sont formées, les comètes étant les restes de la création du système solaire il y a 4,6 milliards d'années.

(Victoria Bryan et Maria Sheahan; Pierre Sérisier et Tangi Salaün pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant