Le robot de téléprésence "Beam", avatar au salon Innorobo de Lyon

le
0
Le robot de téléprésence "Beam", avatar au salon Innorobo de Lyon
Le robot de téléprésence "Beam", avatar au salon Innorobo de Lyon

Le robot de téléprésence "Beam", destiné à visiter un lieu à distance, sera l'une des nouveautés de la 4e édition du salon européen de la robotique Innorobo, du 18 au 20 mars à Lyon, ont annoncé jeudi ses organisateurs.Haut de plus d'un mètre et muni de roues, d'une caméra et d'un écran où apparaît le visage de son utilisateur, le robot "Beam" sera entièrement piloté via leurs ordinateurs, par les clients ou les chefs d'entreprises qui n'auront pas pu se déplacer. Une vingtaine de ces avatars robotisés, fabriqués par la société américaine Suitable Technology, seront mis à la disposition du public moyennant une réservation sur un site internet dédié et la somme de 39 euros pour deux heures de location."La téléprésence est certainement une frontière très concrète dans les toutes prochaines années de robots, qui vont entrer non seulement dans le monde professionnel, mais aussi à la maison", a déclaré lors d'une conférence de presse Bruno Bonnell, co-organisateur d'Innorobo, Pdg de la société de robots de service Robopolis et fondateur d'Awabot, qui développe le logiciel de "Beam".Awabot anime également un "robot lycéen", destiné à remplacer en classe les élèves retenus à la maison, sera expérimenté à partir de la rentrée prochaine dans trois lycées de Rhône-Alpes. Pour sa quatrième édition, Innorobo accueille plus de 300 robots et technologies associées dont notamment des robots humanoïdes comme Roméo et Nao de la société parisienne Aldebaran Robotics, des robots de services comme Diya One, du français Partnering Robotics, qui purifie l'air d'une pièce et des véhicules autonomes (drones, minibus, etc.).Durant le salon, des états généraux de la Robotique seront tenus sous forme de séances plénières, où sera fait un état des lieux national et mondial sur la robotique, et d'ateliers spécialisés sur les questions d'usage, de recherche fondamentale ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant