Le risque politique n'a cessé d'augmenter au sein de l'Union européenne, selon Unigestion

le
0

(AOF) - Les sondages menés dans l'Union européenne et aux États-Unis indiquent que les partis et les candidats antisystème continuent de gagner du terrain auprès de l'électorat, note Unigestion dans une étude sur la gestion du risque politique dans les portefeuilles d'investissement. Ne se limitant plus à la frange politique, ces forces pourraient bientôt bénéficier d'un soutien suffisant pour influencer significativement les politiques économiques et sociales.

Même si elles n'accèdent pas au pouvoir, leur résonance avec une grande partie de la population électorale est devenue tellement importante que les partis traditionnels ne peuvent plus se permettre d'ignorer leurs revendications comme ils l'ont fait jusqu'à présent, souligne le gestionnaire d'actifs.

Aucun pays occidental n'a échappé à la popularité grandissante des partis et des campagnes protestataires au cours des dernières années. Le nombre sans cesse croissant d'électeurs optant pour des partis d'opposition radicaux qui contestent les bienfaits de la mondialisation, du capitalisme, du libre-échange, de l'immigration et du multiculturalisme représente un risque pour les investisseurs, explique Unigestion.

Tout d'abord, cela contribue à alimenter l'instabilité politique. Ensuite, et c'est sans doute un point encore plus important pour les marchés financiers, si une telle tendance devait perdurer sur les douze prochains mois, cela pourrait fort bien conduire les dirigeants politiques à mettre en œuvre des programmes défavorables au marché susceptibles de grignoter les bénéfices que les multinationales ont tiré de la libre circulation des biens, des services, des capitaux et des personnes.

La première cristallisation de ce risque aura été le stupéfiant référendum du 23 juin 2016 en faveur du Brexit qui a révélé la méfiance généralisée du peuple britannique à l'égard de l'UE et d'autres institutions en faveur d'une souveraineté plus partagée et de l'immigration dans toute l'Europe. D'autres coups de tonnerre politiques peuvent frapper l'UE au cours des 12 prochains mois, estime Unigestion.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant