Le retrait d'Afghanistan, un double pari d'Obama

le
0
La décision du président américain procède à la fois d'un calcul électoral et de la volonté de négocier avec les talibans

De notre correspondante à Washington

On a beaucoup parlé pendant les deux premières années du mandat de Barack Obama de ses dilemmes de «commandant en chef» tourmenté, forcé de rester engagé dans deux guerres lointaines, voire d'y envoyer des renforts, malgré la récession économique qui dévastait son pays. Mais mercredi soir, en annonçant que ces guerres «toucheraient à leur fin de manière responsable» et en ordonnant le retrait de 33.000 hommes d'ici à l'été 2012, le président a clairement signifié qu'il entendait troquer sa casquette de «général en chef» pour celle de «reconstructeur» en chef de son propre pays. «Amérique, concentrons-nous désormais sur la reconstruction de notre propre nation», a-t-il lancé à ses compatriotes.

En décidant d'aller partiellement contre l'avis du Pentagone, qui préconisait un retrait plus progressif, laissé au jugement des généraux sur le terrain, Barack Obama fait un double pari, à la fois politique et militaire.

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant