Le retour du discours anti-allemand 

le
0
DÉCRYPTAGE - La France souffre de se trouver dans la situation déplaisante d'avoir à composer avec plus fort que soi.

Un discours anti-allemand est de retour, nourri de raccourcis historiques et d'arrière-pensées politiques. Angela Merkel est accusée de «faire une poli­tique à la Bismarck» par Arnaud Montebourg. Nicolas Sarkozy est comparé à Édouard Daladier -cosignataire des accords de Munich cédant la région tchèque des Sudètes à Hitler en 1938 dans l'espoir de sauver la paix- par le député PS Jean-Marie Le Guen. Marine Le Pen, pour sa part, reproche au chef de l'État d'annoncer «une Europe à la schlague».

Bref, au PS -avec une virulence qui embarrasse jusqu'à François Hollande- comme au FN, Nicolas Sarkozy est accusé de plier devant notre encombrant voisin qui nous imposerait ses choix.

Les détracteurs de Berlin ont souvent en commun d'avoir défendu le non au référendum sur le traité de Maastricht en 1992, qui a décidé de la création de l'euro. Depuis, ils considèrent que le pari de François Mitterrand -la France sera plus forte en s'entendant avec l'Allemagne qu'e

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant