Le retour des introductions en Bourse

le
0
Atelier Renault Cafel de Lucibel.(©Lucibel)
Atelier Renault Cafel de Lucibel.(©Lucibel)

(lerevenu.com) - C'est un record depuis les années fastes de 2006-2007. Près d'une trentaine de sociétés ont rejoint Euronext et Al­ter­next en 2014, levant 4,3 milliards d'euros, soit trois fois plus qu'en 2013, et davantage qu'au cours des six dernières années (3 milliards d'euros entre 2008 et 2013). Le phénomène est loin d'être hexagonal.

Selon Ernst & Young, les fonds levés à l'occasion d'introductions en Bourse (IPO en anglais) dans le monde ont en effet atteint 256,5 milliards d'euros l'an dernier, en forte progression de 50%.

Mouvement de rattrapage

Cette reprise des introductions en France est liée à trois facteurs, selon la société de Bourse Portzamparc : un mouvement de rattrapage des années passées, une amélioration économique attendue début 2014, qui s'est dégradée par la suite, et un flux de capitaux lié à la collecte des fonds de petites et moyennes capitalisations, ainsi qu'au lancement du PEA-PME.

Le fait que l'activité des IPO en France se soit concentrée sur la première partie de l'année, avant de s'effondrer à partir de septembre, montre à quel point ces opérations sont dépendantes du climat économique général. Les fenêtres de tir peuvent se refermer très vite. Devant la dégradation des conditions de marché, le spécialiste des services d'ingénierie électrique Spie a dû renoncer à la Bourse la veille de sa première cotation, prévue

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant