Le retour de Timochenko, étoile ternie de la révolution

le
0

Pour beaucoup d'Ukrainiens, l'image de l'égérie de la révolution orange, en 2004, reste liée à la corruption.

L'étoile de la «révolution orange» a beaucoup pâli dans le regard de ses compatriotes. Aussitôt libérée de sa prison hospitalière de Kharkov, dans l'est du pays, Ioulia Timochenko, 53 ans, est apparue samedi soir à la tribune du Maïdan. Assise sur un fauteuil roulant à cause d'une hernie discale, diminuée, l'ancienne première ministre n'en a pas perdu de sa pugnacité oratoire. Mais la foule n'en a pas pour autant chaviré. «Les hommes politiques ne valent pas une seule goutte de sang que vous avez versé. Quand les snipers tiraient leurs balles, elles se sont fichées dans le c½ur de chacun d'entre nous. Et à chaque minute que des gens tombaient, je me suis sentie coupable de ne pas être avec vous», a-t-elle lancé à l'adresse des meneurs de barricades. Avant d'ajouter, dans un geste d'humilité: «Je m'incline devant vous et vous demande pardon.»

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant