Le réseau social Twitter infecté par un malware

le
0
Les chercheurs du groupe de cybersécurité slovaque ESET ont découvert un cheval de Troie ouvrant une porte dérobée sous Android résultant de tweets infectés.
Les chercheurs du groupe de cybersécurité slovaque ESET ont découvert un cheval de Troie ouvrant une porte dérobée sous Android résultant de tweets infectés.

Les réseaux sociaux seraient-ils en passe de devenir le nouveau terrain de jeu favori des pirates informatiques ? Depuis deux ans, les attaques se multiplient sur ces plateformes. Certaines, particulièrement spectaculaires, ont été largement médiatisées. Ainsi, en juillet 2014, Facebook repérait un logiciel malveillant (Lecpetex) susceptible de transformer les ordinateurs infectés en machines « zombie », utilisées à l'insu de leurs propriétaires, pour relayer des attaques informatiques de type « botnet ». Créant ainsi artificiellement des réseaux d'ordinateurs-robots, les pirates informatiques envoient parfois des spams en masse pour propager des ransomwares, mais organisent aussi des campagnes de phishing, ou hameçonnage...

Le smartphone, porte d'entrée privilégiée

Le 24 août, les chercheurs du groupe de cybersécurité slovaque ESET ont découvert un cheval de Troie ouvrant une porte dérobée sous Android résultant de tweets infectés. Surnommé Android/Twitoor, « il s'agit de la première application malveillante utilisant Twitter au lieu d'une commande et d'un contrôle traditionnel de serveur [C&C] », affirme l'expert Luká? ?tefanko, chercheur chez ESET, qui a découvert cette application malicieuse.

Repéré courant juillet 2016, ce logiciel malveillant se propagerait par SMS ou via des adresses URL dédiées, créées de toutes pièces par les hackers pour diffuser leurs malwares. Il...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant