Le réseau ferroviaie jugé "délabré" à Brétigny, la SNCF conteste

le
6
LA SNCF CONTESTE UN RAPPORT D'EXPERTS JUGEANT LE RÉSEAU "DÉLABRÉ" À BRETIGNY
LA SNCF CONTESTE UN RAPPORT D'EXPERTS JUGEANT LE RÉSEAU "DÉLABRÉ" À BRETIGNY

PARIS (Reuters) - La SNCF et Réseau de ferré de France ont contesté dimanche tout "délabrement" du réseau ferroviaire à Brétigny-sur-Orge, où s'est produite l'an dernier un grave accident, rejetant ainsi les conclusions d'experts judiciaires publiées dans la presse.

Un train Intercités transportant 385 passagers avait déraillé le 12 juillet 2013 à son entrée à vive allure dans cette gare de l'Essonne, en banlieue parisienne. L'accident avait fait sept morts et une trentaine de blessés.

Selon Le Figaro, qui a pu consulter les rapports d'expertise ferroviaire et métallurgique commandés par la justice, la cause de l'accident semble bien être un problème d'entretien.

Dans un de ces documents, qui doivent être rendus publics lundi, deux ingénieurs experts estiment, sur la base d'examens métallurgiques, qu'il ne s'agit pas d'un acte de malveillance mais d'un processus de désagrégation matérielle qui s'est "étalé sur plusieurs mois".

Les deux experts font état de plus de 200 anomalies, dont la plupart étaient "connues de la SNCF ou de ses agents" sans pour autant qu'il y soit remédié de façon adéquate, rapporte encore le quotidien.

Conclusion : la rupture cause du déraillement est due à des "dommages relevant de la qualité et de la maintenance".

Dans un communiqué commun, la SNCF et Réseau ferré de France (RFF), l'exploitant des réseaux ferroviaires français, "contestent formellement tout 'état de délabrement' du réseau à Brétigny comme ailleurs".

"Les deux rapports remis à la justice, et dont SNCF et RFF ont pris connaissance d'extraits par voie de presse, ne sont pas en leur possession. La plus grande prudence s'impose dans leur

interprétation", ajoutent les deux entreprises publiques.

Pour la SNCF et RFF, "certains éléments rapportés d'une des expertises paraissent hors de proportion et hors de fondements techniques".

"Le réseau ferroviaire français fait l'objet d'une maintenance de très haut niveau et d'une surveillance constante qui exclut l'expression outrancière 'd'état de délabrement jamais vu'", poursuit leur communiqué, ajoutant que ces deux rapports, qui s'ajoutent à d'autres constatations, feront l'objet d'un débat contradictoire devant la justice.

Selon le Figaro, les experts jugent "inadaptées" et "insuffisantes" les prescriptions actuelles de la SNCF en matière de maintenance, dont ils mettent en cause l'organisation.

"Les prescriptions de maintenance de la SNCF, complexes, parfois difficiles à interpréter ou à appliquer par des hommes de terrain, n'ont pas été parfaitement respectées", écrivent-ils, cités par le Figaro. "Ceci a conduit à une insuffisance de prise en compte et de traitement des anomalies rencontrées."

(Emmanuel Jarry, édité par Marc Angrand)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3335165 le lundi 7 juil 2014 à 09:12

    Le rail n'est pas rentable. D'ailleurs les infrastructures outre manche privatisées dans un premier temps ont été ont été à nouveau remises en propriété de l'état. On pourrait parler aussi de la Nouvelle Zélande où l'on a dû renationaliser le chemin de fer car le privé ne pouvait entretenir les voies convenablement : trop coûteux. Alors peut-être il faudrait se résoudre à supprimer la moitié du réseau : la partie la plus déficitaire.

  • JODHY le lundi 7 juil 2014 à 09:04

    avec toute la chaine de responsabilité

  • JODHY le lundi 7 juil 2014 à 09:03

    le PDG de la SNCF doit etre traduit en justice , 7 morts ne pas oublier

  • frk987 le lundi 7 juil 2014 à 08:27

    Le problème de la sncf c'est ses retraites, le prix du billet ne paye même pas la totalité des retraites en cours, alors parler d'entretenir les voies relève d'une plaisanterie.

  • bordo le lundi 7 juil 2014 à 08:24

    C'est drôle cette tendance qu'ont les fonctionnaires à tout ramener a une question de moyens. Plus de fric, plus de monde, plus de ceci, plus de cela et, c'est juré, vos enfants sauront mieux leurs leçons, les bateaux de la SNCM flotteront mieux et le réseau ferré sera mieux entretenu. Dans le privé, cela fait 30 ans et plus que l'on nous dit faites mieux avec moins. Et nous le faisons. Et c'est possible dans l'administration : c'est ce qu'a fait l'armée.

  • clausfer le lundi 7 juil 2014 à 08:17

    Haro sur le baudet ! Ceux qui passent leur temps à manifester contre le prix du billet, le nombre de ‘’fonctionnaires’’ de la SNCF et leurs avantages, lui reprochent aujourd’hui de ne plus avoir les moyens de la surveillance du réseau. La course au moins-disant a été tentée en Angleterre avec rétropédalage après plusieurs accidents graves.