Le rendement de la dette à 10 ans allemande tombe sous 1%

le
0

LONDRES/BERLIN, 14 août (Reuters) - Le rendement des obligations à dix ans allemandes est tombé jeudi sous le seuil symbolique de 1%, un nouveau plus bas historique, après l'annonce d'une contraction de l'économie qui plaide en faveur d'un nouvel assouplissement de la politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE). Le produit intérieur brut (PIB) allemand a reculé de 0,2% au deuxième trimestre selon la première estimation officielle publiée en début de journée, sa première contraction depuis plus d'un an, en raison principalement de la faiblesse du commerce extérieur et de l'investissement. ID:nL6N0QK1AB Les économistes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur une stabilité du PIB. En France, le PIB a stagné sur avril-juin alors que le consensus donnait une croissance de 0,1%. ID:nL6N0QK1AB Sur le marché obligataire, le rendement à dix ans allemand DE10YT=TWEB , référence des coûts de financements publics dans la zone euro, s'affichait à 1,009% à 8h20 GMT et l'équivalent français à 1,394% FR10YT=TWEB , après des plus bas respectifs à 0,998% et 1,392%. "La croissance décevante de la zone euro et la montée des tensions déflationnistes augmentent la pression sur la BCE en faveur de nouvelles mesures au cours des mois à venir", explique Nick Stamenkovic, responsable de la stratégie d'investissement de RIA Capital Markets. "Toutefois, une action rapide est peu probable car la BCE doit évaluer l'impact de ses LTRO (opérations de refinancement à plus long terme) à quatre ans en septembre. Mais si l'économie déçoit au second semestre, la pression sur la BCE pour entamer un QE (assouplissement quantitatif) début 2015 va s'intensifier." LA BCE SOUS PRESSION POUR AGIR ENCORE Les nouveaux TLTRO, des prêts de liquidités ciblés aux banques pour une longue période et à taux très faibles censés stimuler le crédit, font partie des nouvelles mesures non-conventionnelles annoncées en juin par la BCE. Mais l'institution présidée par Mario Draghi reste divisée sur l'opportunité de s'engager dans une politique d'assouplissement quantitatif (QE), c'est à dire l'achat direct de dettes sur les marchés, une voie déjà empruntée par la Réserve fédérale américaine, la Banque d'Angleterre et la Banque du Japon. Les rendements des obligations d'Etat italiennes et espagnoles, qui figurent parmi les principaux bénéficiaires des mesures exceptionnelles de la BCE, étaient eux aussi orientés à la baisse jeudi, respectivement à 2,72% IT10YT=TWEB et 2,47% ES10YT=TWEB , non loin de leurs plus bas historiques. "Les espoirs d'une action de la BCE et la recherche de rendements soutiennent aussi les marchés de la dette périphérique", explique la Société générale dans une note. Le nouveau plus bas record du rendement des obligations d'Etat allemandes coïncide également avec l'annonce par l'Office fédéral de la statistique d'une baisse de 1,5% de la dette publique du pays en 2013, du jamais vu depuis la Seconde Guerre mondiale, à 2.038 milliards d'euros. Berlin prévoit que le ratio dette/PIB du pays sera ramené sous 70% d'ici trois ans, contre près de 80% aujourd'hui. (Marc Angrand pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux