Le régime syrien joue son va-tout face à une opposition éparpillée

le
0
De plus en plus isolé, Bachar el-Assad durcit la répression

«Le régime est fini, mais comment le faire tomber ?» Le défi, exposé par l'intellectuel Bouran Ghalioun depuis son exil parisien, est celui d'une opposition qui, plus populaire que jamais, demeure impuissante face à un pouvoir qui ne faiblit pas. En quatre mois et demi de révolte contre Bachar el-Assad, les manifestants ont écrit avec leur sang une page inédite de l'histoire syrienne. La rue n'a plus peur de l'appareil sécuritaire. Le pouvoir est isolé sur la scène internationale, la répression lui a fait perdre sa légitimité. Et pourtant, le clan Assad résiste.

«Nous sommes dans un face-à-face très difficile, constate Bouran Ghalioun. D'un côté, le régime, qui a opté pour le tout répressif, a échoué, et joue aujourd'hui sa survie. De l'autre, les jeunes ne peuvent plus revenir en arrière.» D'où un risque de voir l'instabilité se prolonger des mois, voire dégénérer en guerre civile. Le jeûne du ramadan, qui débute ce lundi, devrait encore attiser

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant