Le référendum sur le Brexit endeuillé par l'assassinat de Jo Cox

le
1
Près de Charing, au sud-est de Londres.  
Près de Charing, au sud-est de Londres.  

Quel est l'impact de l'assassinat, jeudi, à Birstall (nord de l'Angleterre), de la députée travailliste Jo Cox sur l'issue du référendum du 23 juin à propos d'une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne ? La question est posée après l'annonce de la suspension jusqu'à samedi de la campagne référendaire à la suite du choc créé par le meurtre de cette pro-européenne, militante de la cause des migrants.

LIRE notre portrait de Jo Cox.

Le drame de Birstall a mis sur la défensive les partisans du Brexit, qui bénéficient d'une légère avance dans les sondages. Ils vont être obligés de mettre en sourdine la rhétorique anti-immigration et l'hostilité envers l'Establishment londonien, qui étaient devenues leur marque de fabrique au fil des semaines. Peu avant le meurtre, l'un des chefs de file de « Vote Leave », le ministre de la Justice Michael Gove, avait exprimé « son ras-le-bol des experts ».  Même le quotidien de droite Times, pourtant en faveur du retrait, estime au lendemain de la tuerie que pareilles attaques ne seront plus possibles.

Le rouleau compresseur anti-immigration rouillé ?

En effet, la disparition de Jo Cox a mis en exergue les dangers du virulent discours anti-immigration des partisans du Brexit. Le thème des échanges devrait dès lors se déplacer sur le terrain de l'économie, ce qui favorise le...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 28351485 il y a 11 mois

    Comme c'est drôle qu'il n'y ait personne pour pour s'apitoyer sur les milliers de femmes et d'enfants innocents assassinés par la politique que cette femme politicarde défend et dont elle est avec TOUS SES COMPLICES COUPABLE ET RESPONSABLE