Le «référendum» britannique jette un froid à Davos

le
0
Le premier ministre italien sortant, Mario Monti, s'est dit confiant sur l'issue de la consultation. » Les maîtres de l'Europe se retrouvent à Davos

Mario Monti, le premier ministre italien, a directement répondu à son homologue britannique, mercredi soir, alors qu'il était l'invité d'honneur du 43e Forum économique de Davos, dont il a ouvert officiellement les débats. Mais, avec un sens de la diplomatie consommé, ce fut pour marquer une certaine convergence avec lui, au moins sur un point: «Le projet de marché unique européen a perdu de son allant. Là où je suis d'accord avec David Cameron, c'est sur la priorité qu'il donne à la concurrence et à la croissance au sein de l'Europe.»

Sans préjuger des discussions qui pourraient s'engager entre Londres et ses partenaires de l'Union européenne, Mario Monti s'est voulu confiant: «Je suis certain que si référendum il doit y avoir, le citoyen britannique décidera de rester dans l'UE: la question n'est pas d...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant