Le recruteur présumé de djihadistes craignait pour sa vie-source

le
1

PARIS, 14 septembre (Reuters) - Mourad Fares, Franco-Marocain soupçonné d'avoir été l'un des principaux recruteurs de djihadistes français en Syrie, s'est rendu aux autorités françaises car il craignait pour sa vie après avoir quitté l'Etat islamique et rejoint le Front Al Nosra, a-t-on appris de source proche du dossier. La progression de l'Etat islamique l'aurait poussé à se rendre, précise-t-on. Il a été arrêté en août en Turquie et reconduit en France dans la nuit de mercredi à jeudi avant d'être remis à la justice. Originaire de Haute-Savoie, il était en Syrie depuis juillet 2013. Son rôle "serait déterminant dans le recrutement de jeunes Français, à Toulouse et à Strasbourg, et leur départ en Syrie", selon le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. Dans une interview diffusée en février dernier sur le site du magazine Vice, et qui lui est attribuable selon RTL, le jeune homme s'était lui-même targué d'être l'un des principaux "prêcheurs". "Tous les djihadistes dont on parle dans les journaux sont passés par moi", disait-il. (Chine Labbé, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5441845 le dimanche 14 sept 2014 à 11:43

    Domage que la Turquie l'ait envoyé en France. Il voulait aller en Syrie, qu'il y reste....