Le réchauffement climatique inquiète le PDG de Total

le
0
PDG de Total, Christophe de Margerie (à droite) s'étonne que le réchauffement climatique « ne soit pas le premier sujet discuté à chaque réunion des Vingt-Sept ».
PDG de Total, Christophe de Margerie (à droite) s'étonne que le réchauffement climatique « ne soit pas le premier sujet discuté à chaque réunion des Vingt-Sept ».
Forcément peu estimé des environnementalistes, Christophe de Margerie semble néanmoins un personnage moins caricatural que ce que son statut pourrait laisser croire.

Question de fond : peut-on être PDG d'un géant de l'or noir et du gaz et dans le même temps s'inquiéter pour la survie de la planète ? Big boss de Total, l'entreprise la plus prospère de France, désireuse d'exploiter les gaz de schiste sur le territoire national aux noms de l'indépendance énergétique, de la compétitivité française et des créations d'emplois ? et, pour être complètement juste, qui investit, certes modérément au regard de ses immenses moyens, dans l'énergie solaire, ayant notamment racheté l'ancien numéro trois mondial du secteur SunPower -, M. de Margerie ne conteste pas, en tout cas, la véracité et la gravité du réchauffement climatique. Quand bien même la société qu'il dirige a une responsabilité qui ne saurait être sous-évaluée dans ce phénomène.
« C'est du sérieux », assure en effet, interviewé par nos confrères du Monde en marge du grand débat national sur la transition énergétique, celui qui, il y a quelques mois, a prophétisé une essence à deux euros le litre à brève échéance. Partisan de la création d'une communauté européenne de l'énergie, une proposition du chef de l'État, M. de Margerie se dit même « étonné que (le réchauffement climatique) ne soit pas le premier sujet discuté à chaque réunion des Vingt-Sept ».
Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant