Le Real sur le trône en serrant les dents

le
0
Le Real sur le trône en serrant les dents
Le Real sur le trône en serrant les dents

Real Madrid 2-1 Athletic Bilbao

Buts : Benzema (7e), Morata (83e) pour le Real // Sabin Merino (27e) pour Bilbao

Et soudain, Alvaro Morata surgit. Au premier poteau, quelques instants après son entrée, le canterano fête son 24e anniversaire en offrant le but de la libération aux Madridistas sur le gong. Une réalisation qui offre le leadership de la Liga au Real Madrid mais qui ne saurait caché les manquements du onze blanc. Car si Zidane s'interroge depuis quelques semaines sur le rendement de sa BBC, la partition de son trio face à l'Athletic Bilbao intensifie ses maux de tête. Karim Benzema mis à part, car auteur de l'ouverture du score, ses acolytes gallois et portugais rendent une nouvelle prestation offensive indigne tant leur apport dans le travail défensif se résume au néant, ou presque. L'illustration idoine en est offerte juste avant la pause, alors que les Rojiblancos de San Mamés - et non les voisins du Calderon - viennent tout juste de recoller au tableau d'affichage : avec un trois contre deux à gérer dans la surface d'Iraizoz, Cristiano Ronaldo peut tranquillement décaler un coéquipier en retrait mais décide de la jouer en solo. Un mauvais choix, forcément, à l'image des ratés à répétition d'un CR7 plus individualiste que jamais. Qu'importe, selon le classement de la Liga.

Les régalades Kroos et le coup de froid de Merino


Les jambes basques sont lourdes, les têtes fatiguées. Trois jours à peine après un déplacement en terres belges, estampillé par la pire prestation des Leones depuis le coup d'envoi de l'exercice, ils retrouvent la compétition domestique par un nouveau voyage. Forcément, la machine des Rojiblancos, à défaut de s'enrayer, cale dès le premier contre-assassin du Real Madrid. La précision de Marcelo, auteur d'une transversale de 60 mètres du droit, le pressing d'Isco, qui pousse le novice Saborit à l'erreur, et le sang-froid de Benzema, pour son quatrième cachou en Liga, rappellent à la bande à Laporte que le moindre tâtonnement se paye cash. A contrario, les Merengues renvoient à l'état de poussière leur fâcheuse tendance à "ne pas agir mais à réagir", selon les dires de Zidane.…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant