Le Real suit le rythme du Barça

le
0

Peu convaincant, le Real Madrid s'en est remis à ses individualités pour venir à bout d'un Málaga joueur (3-1). Seul James, auteur d'une superbe frappe en lucarne, a réchauffé un Santiago-Bernabéu frigorifié. Mais le plus important est ailleurs : les Merengues restent au contact des Blaugrana.


R. Madrid - Málaga
(3-1)

S. Ramos (24'), J. Rodríguez (68'), C. Ronaldo (91') pour Real Madrid , Juanmi (71') pour Málaga.


Au fait du succès du FC Barcelone, le Real Madrid se devait de répondre du tac au tac. Il a rempli ses devoirs, sans plus. Aux manettes grâce à une combinaison sur coup franc, avec un break en poche grâce à une délicatesse de James Rodríguez, l'ogre merengue a tremblé jusqu'à la fin. La faute à la réduction du score de Juanmi et à une partition des plus hétérogènes. Brillants sur quelques éclairs, navrants sur certaines phases, les hommes de Carlo Ancelotti sont loin d'avoir convaincu un Santiago Bernabéu muet et gelé. Málaga et sa bande de jeunes ont eux récité leur partition à la perfection. Intenses dans les duels et sans perdre de vue leur identité de jeu, ils ont posé d'énormes soucis à l'arrière-garde locale. Jusqu'à la dernière minute, les sifflets de l'antre madridista ont suivi les actions des Boquerones. Des anchois - en VF - qui repartent pourtant bredouilles, la faute à un ultime contre conclu par Cristiano Ronaldo, plus Pichichi que jamais. Tout le contraire d'un Real qui, en rentrant aux vestiaires, a déjà oublié ces 90 minutes. Mais pas les trois points.
La solution arrêtée
En prenant possession des strapontins du Santiago Bernabéu, lunettes et tee-shirts sont de mises sur les aficionados locaux. Le thermomètre se veut estival et la rencontre alléchante. Dommage, sitôt les acteurs rentrés sur le pré, les degrés se font la malle. Gareth Bale également. Après trois petites minutes et une tentative de sprint, le Gallois s'arrête net et avance son forfait pour le derby de Ligue des champions. Solidaire des malheurs de l'homme aux cent patates, le XI d'Ancelotti tombe dans ses travers. À savoir, un manque de mouvements et de rythme. Un problème qui ne traverse pas l'esprit du buffle Amrabat, qui gagne son duel physique avec Pepe. De fait, la solution létale du Real Madrid se trouve sur phases arrêtées. Impeccable sur une tête lobée de Chicharito, Kameni ne peut rien sur…








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant