Le Real s'offre un bain de jouvence

le
0
Le Real s'offre un bain de jouvence
Le Real s'offre un bain de jouvence

Avec les achats de Martin Odegaard et de Lucas Silva, le Real Madrid poursuit sa politique de transferts de jeunes pépites. Fini l'époque des Galacticos, désormais place est faite à un rajeunissement de l'effectif. Une stratégie pas sans risque.

Avec son taux de chômage de plus de 50 %, la jeunesse espagnole se fait la malle. Encore l'an dernier, ils étaient plus de 300 000 jeunes compatriotes de Mariano Rajoy à avoir choisi l'exil. Entre des débouchés ridicules et des stages aux conditions drastiques, le futur du pays prend ses valises : hasta la proxima ! A contre-courant de cette fuite des cerveaux, le football reste une spécialité locale. Ainsi, comme l'a publié le quotidien El Pais, l'Espagne est le leader mondial des transferts de joueurs mineurs. Sur les quelques 1607 transferts enregistrés par la FIFA en 2014, les clubs de la RFEF trônent fièrement à la première place avec leurs 400 transfuges de moins de 18 ans, soit 22 % du total mondial. Cette spécialité ibère – le Portugal figure au deuxième rang avec 10 % – a déjà coûté au Barça une suspension d'un an de mercato et au Real Madrid une enquête toujours en cours. Justement, les Merengues ont fait du rajeunissement de leur effectif leur cheval de bataille. Mais à quel prix ?
Le coup Odegaard, la Fabrica délaissée
Un prix cher, en ce qui concerne le transfert de la pépite norvégienne qui émoustillait toutes les grandes écuries européennes. Il y a une dizaine de jours, au beau milieu d'une frénésie médiatique digne d'un Galacticos, un gamin de 16 ans était donc présenté en grande pompe à la Ciudad Real Madrid. Martin Odegaard, plus jeune international de l'histoire européenne, avait donc choisi le club madridista et sa vitrine de trophées. Bien que déjà adepte de la langue de bois, le minot vient de sauter de nombreuses étapes en un transfert. Pour Emilio Butragueño, "le plus important est que Martin soit ici et que nous soyons très enthousiastes avec son futur". Pour s'offrir ce Norvégien pré-pubère, la Maison Blanche a sorti l'artillerie lourde : un salaire à la hauteur de celui d'Isco, un papa embauché dans la cantera de Valdebebas et un chèque de plus de 4 millions d'euros pour son club formateur. Après quelques jours d'attente, le Real a enfin reçu le feu vert de la FIFA pour aligner sa jeune pépite. Jusqu'à la fin de la saison, il devrait s'entraîner avec les grands en semaine pour jouer avec la réserve de Zizou le week-end.

Ce transfert s'inscrit dans une politique de "baby stars" souhaitée par Florentino Pérez et son board. Avec l'arrivée du tout jeune Lucas Silva en provenance de Cruzeiro, la moyenne d'âge du Real...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant