Le Real s'encastre sur Malaga

le
0
Le Real s'encastre sur Malaga
Le Real s'encastre sur Malaga

Bien incapable de maitriser l'avant-dernier de la Liga, le Real Madrid ne peut en vouloir qu'à lui-même (0-0). Brouillons et sans inspiration, les hommes de Benitez perdent leur première place et une part du crédit qu'ils avaient gagné depuis le début de saison.

Real Madrid 0-0 Málaga CF


Les rencontres s'enchainent et l'identité de ce Real Madrid se dessine. Moins flamboyante, moins excitante et, sans conteste, moins offensive, l'équipe de Rafa Benitez détonne en comparaison à celle de son prédécesseur Carlo Ancelotti. Qu'importe, murmure-t-on dans la loge d'honneur squattée par Florentino Pérez et sa clique avant le coup d'envoi. Près de deux heures passent et l'amour du président du Real pour "le meilleur entraineur que j'ai eu" diminue. La faute à une prestation aussi brouillonne qu'indigeste qui coute le point du nul à l'alors leader de la Liga. Sans idée et avec une qualité technique en berne, le Real n'a cessé de se heurter au mur andalou. Dernier du championnat avant cette journée, Malaga n'a pas surpris son monde : solide en défense - elle n'a encaissé que trois pions depuis le coup d'envoi de la saison -, l'équipe de Javi Gracia aurait même pu réussir le coup de l'année sans l'expulsion prématurée de sa pointe Amrabat. Ce point du nul symbolise tout de même un état d'esprit retrouvé, tout le contraire du Real Madrid qui attend son James avec impatience.

L'étonnant tandem Jesé-Kameni


Le débat fait rage. "Alors 4-4-2 ou 4-3-3 ?", s'interroge Jaime à l'annonce de la composition de son Real Madrid. Le coup d'envoi lui offre quelques éléments de réponse rapidement démentis par les premières minutes de jeu. Le binôme franco-portugais s'occupe du front de l'attaque, tandis que Jesé et Isco coulissent sur les côtés. Des ailes d'où proviennent une foison de centres. Cristiano Ronaldo, sur deux services sur mesure, ne peut rabattre l'offrande de Marcelo tandis que, sur celle de Carvajal, il est signalé hors-jeu. Un but logiquement refusé qui réveille de jusqu'alors timides Boquerones et qui équilibre les débats. Aux quelques combinaisons andalouses, les Madridistas répondent par de vaines tentatives. Jesé, Madrilène le plus remuant sur le pré, se mue également en joueur le plus dangereux. En l'espace d'un…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant