Le Real Madrid toujours dans son jardin

le
0
Le Real Madrid toujours dans son jardin
Le Real Madrid toujours dans son jardin

S'ils n'ont pas claqué un 6-1 comme l'an dernier, les joueurs du Real se sont imposés 2-0 sur la pelouse de Schalke. Rassurés par une patate de Marcelo alors que les Allemands connaissaient un temps fort en seconde période, les Madrilènes ont un pied et deux orteils en quarts.


Schalke 04 - R. Madrid
(0-2)

C. Ronaldo (26'), Marcelo (79') pour Real Madrid.


Les joueurs de Schalke n'avaient pas fait de mystère au tirage au sort en décembre. Le Real Madrid en huitièmes de finale, c'était le pire tirage possible. Parce qu'ils les ont déjà joué l'an dernier, et qu'ils ne pouvaient pas vraiment compter sur le levier de la revanche pour se motiver. Après une défaite 6-1 à domicile, il n'y a pas vraiment de quoi faire le malin. Juste bosser et espérer. Ca aurait pu le faire avec un schéma tactique prudent, et un harcèlement constant au milieu de terrain. Mais il a fallu une inattention au marquage de Matip pour relancer Cristiano Ronaldo, muet depuis trois matchs. Au final, le Real s'impose 2-0. C'est moins spectaculaire que l'an dernier, mais la conclusion est la même.
Cristiano Ronaldo se remet en confiance
Au départ, le CM de Schalke n'avait pas vraiment de quoi tweeter sur une éventuelle vengeance au moment de retrouver le Real. Même si les Merengues ne sont pas dans la forme de leur vie, l'équipe de Gelsenkirchen doit faire sans Draxler, Farfan, Obasi et Fährmann, tous blessés. Di Matteo mise donc tout sur sa défense à cinq et ses trois joueurs au milieu de terrain. Et ça marche plutôt pour le début de match. Même si le Real confisque le ballon d'entrée, Isco et ses copains ne font pas la loi au milieu. Il faut dire qu'Ancelotti a titularisé pour la première fois Lucas Silva et que le Brésilien se fait très discret. Mais alors qu'Huntelaar commence à se chauffer avec une frappe de loin, Cristiano Ronaldo ouvre le score. Plutôt libre avec le marquage d'Aogo, Carvajal centre dans la boîte dans le dos d'un Matip qui n'a pas envie de gêner le Ballon d'Or dans sa quête pour retrouver le moral. Seul au monde, CR7 ajuste à bout portant de la tête. A la 25e minute, Schalke a peut-être déjà enterré tous ses espoirs de qualif et ça ne s'arrange pas. Huntelaar sort sur blessure, Kevin-Prince Boateng prend un jaune qui le prive du retour. Plutôt du genre hakuna-matata, Timon Wellenreuther, le...








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant