Le Rayo et son manifeste du plaisir

le
0

Au coup de sifflet final du dernier Barça-Rayo, difficile de savoir qui, entre Luis Enrique et Paco Jémez, s'est octroyé la victoire. Le sourire de l'entraîneur rayista, pourtant défait 5-2, en dit long sur un plaisir simple et répandu à Vallecas : celui de jouer.

"Jouer sans ballon, c'est très chiant. C'est comme faire une balade à cheval, mais sans cheval. Pour cela, j'aime beaucoup le Rayo Vallecano." César Luis Menotti aime les belles choses. Un amoureux de la vie et de ses multiples plaisirs qui évoque, en des termes passionnés, le fanion de la banlieue populaire de Madrid. Dans ce barrio de Vallecas, longtemps refuge des Républicains durant la tyrannie franquiste, aucune écurie à l'horizon. Seulement des bars et des barres d'immeubles, juxtaposés à quelques sorties de métro et embranchements du périphérique. Et des terrains de football, ou plus schématiquement ce qui s'apparente à des terrains. Partout, le ballon rond se mue en échappatoire. Un rapport au jeu qui détonne par rapport aux quartiers de Chamartin et du Manzanares, respectivement zones hébergeant Real Madrid et Atlético. Sans tomber dans la démagogie du "sans argent, pas de pression ni de prétention", le Rayo Vallecano de l'extrémiste des guérites Paco Jémez enchante par sa prise de position presque politique : celle de jouer, envers et contre tous.

"Même si je n'ai pas une belle voix, j'aime chanter"


La tirade estampillée Paco qui a suivi la énième manita du Rayo Vallecano contre le FC Barcelone définit la raison d'être de son équipe, faite de bric et de broc, de joueurs prêtés et de fins de contrat : "Si je ne garde en tête que le résultat, je serai un entraîneur encore plus médiocre que celui que je suis. Le résultat nous est sorti des mains en une minute. Tirer des conclusions pour ce qu'il s'est passé en une minute plutôt que durant les quatre-vingt-dix serait injuste."

Plus qu'une justice inexistante dans les résultats, le natif de Las Palmas de Gran Canaria cherche du bout des doigts celle du jeu. Un jeu qu'il souhaite vivant, fait de dédoublements et de combinaisons, d'instinct et de patience. En soi, le contraire du joueur rugueux qu'il était. "Même si je n'ai pas une belle voix, j'aime chanter, s'amusait-il à nous raconter en janvier dernier. J'étais un joueur qui misait plus sur la puissance, l'envie, mais ça ne veut pas dire que je n'aime pas le beau football. Ce n'est parce qu'il y avait des choses que je ne savais pas faire avec le ballon que je n'aimais pas ces choses. J'ai toujours aimé un football de mouvements".
[H2…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant