Le "ransomware", fléau de l'année de la piraterie informatique

le
0
Le "ransomware", fléau de l'année de la piraterie informatique
Le "ransomware", fléau de l'année de la piraterie informatique

Un virus s'introduit dans votre ordinateur, qui vous empêchera d'accéder à vos fichiers tant que vous n'aurez pas payé une rançon: les attaques de "ransomwares" ont explosé cette année, et touchent de plus en plus les entreprises."Les ransomwares dominent actuellement le marché des malwares", les logiciels malveillants que les pirates informatiques envoient dans les machines de leurs victimes, constate le spécialiste des réseaux Cisco dans son dernier rapport semestriel. "Bien qu'ils existent depuis un certain temps, leur récente évolution les a érigés au rang des malwares les plus rentables de l'histoire de la cybercriminalité", ajoute le groupe américain.Evolution des fenêtres qui surgissaient il y a quelques années pour vous inviter à acheter un antivirus après la détection d'un hypothétique virus, les ransomwares --ou rançongiciels, en français-- bloquent l'ordinateur ou en cryptent les données. Et pour pouvoir récupérer ses travaux personnels ou ses photos de vacances, l'internaute est invité à verser quelques bitcoins. La rançon exigée n'est en général pas très élevée.Depuis quelques mois, les virus Petya, Locky, TeslaCrypt, Zepto ou Cerber se répandent aussi, et de plus en plus, dans le monde du travail."Selon notre dernier rapport, 43% des ransomwares visent des entreprises. Il y a un glissement très important, puisque 99% visaient le grand public il y a un an", constate Laurent Heslault, directeur des stratégies de sécurité chez Symantec, l'éditeur américain de l'antivirus Norton.Les victimes françaises ne s'en vantent généralement pas. Un cabinet d'avocat d'Orléans a choisi de parler cette semaine, alors que des hackers --domiciliés en Russie selon les premiers éléments de l'enquête-- réclamaient une rançon de 8.000 dollars pour décrypter ses fichiers.Parmi les cas connus d'institutions qui ont payé, on trouve des hôpitaux américains, une université ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant