Le ralentissement de l'économie chinoise se confirme en mars

le
2
LE RALENTISSEMENT DE L'ÉCONOMIE CHINOISE SE CONFIRME
LE RALENTISSEMENT DE L'ÉCONOMIE CHINOISE SE CONFIRME

PEKIN (Reuters) - L'activité dans le secteur des services en Chine s'est accrue en mars mais la croissance de l'emploi et des nouveaux contrats a nettement ralenti, ce qui pourrait inciter la Banque populaire de Chine et le gouvernement à prendre de nouvelles mesures pour relancer une économie en perte de vitesse.

L'indice des directeurs d'achats (PMI) HSBC-Markit publié vendredi est ressorti à 52,3 le mois dernier, contre 52,0 en février, et reste bien au-dessus de la barre des 50 qui sépare contraction et expansion de l'activité.

Mais cette légère hausse est ternie par une faible croissance des emplois, dont la composante tombe à son plus bas niveau depuis dix mois, à 51,1. La croissance des nouveaux contrats est au plus bas en huit mois.

Ces indicateurs font écho aux trois indices PMI manufacturiers et des services publiés mercredi, qui attestaient d'une atonie persistante de la deuxième économie mondiale en mars et renforçaient la perspective d'un nouveau coup de pouce monétaire pour empêcher un ralentissement encore plus marqué.

"Les industriels et les prestataires de services chinois n'ont enregistré qu'une faible croissance de leur activité à la fin du premier trimestre", explique Annabel Fiddes, économiste chez Markit, qui explique ce phénomène par un ralentissement de la demande.

Les entreprises de services "ont abordé le recrutement de manière plus prudente, n'augmentant leur effectifs que légèrement au cours du mois tandis que les suppressions d'emplois s'accéléraient dans l'industrie", ajoute-t-elle.

Confrontée au ralentissement du marché immobilier mais aussi des échanges commerciaux et des investissements, la Chine s'achemine cette année vers une croissance autour de 7%, soit la plus faible depuis 25 ans.

Face à ce relatif manque de dynamisme de la deuxième économie du monde, la Banque populaire de Chine pourrait prendre au cours de l'année des mesures d'assouplissement en réduisant à nouveau ses taux ainsi que le coefficient des réserves obligatoires.

Le gouvernement pourrait pour sa part annoncer des mesures de soutien à l'économie, notamment au marché de l'immobilier.

(Koh Gui Qing, Patrick Vignal pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • sebperne le vendredi 3 avr 2015 à 09:44

    Pour vraiment comprendre ce qui se passe en chine, un premier pas est de lire: Timothy Beardson major book on China’s future. “Stumbling Giant: the Threats to China’s Future” pas de sensationalisme, une analyse pluridisciplinaire avec une vision historique et de long terme.

  • sebperne le vendredi 3 avr 2015 à 09:42

    Le journaliste parle en ralentissement du %age de croissance du PIB. Mais en valeur absolue, il y a 25 ans en 1990 le PIB était de environs 500 milliards de USD m^me avec une croissance de 10% cela ne fait une augmentation que de 50 milliards USD. AUjourd'hui avec un PIB de 10.000 milliards USD une augmentation de 7% correspond à une augmentation de 700 milliards de USD soit la totalité du PIB d'il y a 25 ans. bref je trouve que c'est simpliste et alarmistes. Il y a d'autres problèmes en Chine