Le rail français contraint à la rigueur

le
0
Le gouvernement a conclu jeudi les Assises du ferroviaire en réclamant au secteur un retour à l'équilibre financier d'ici à 2020. Un objectif qui risque de rouvrir le débat sur le statut des cheminots.

La prise de conscience collective de la dérive des finances publiques va-t-elle permettre de convertir aussi le rail français à la rigueur? Les Assises du ferroviaire - vaste exercice de diagnostic et de concertation sur les enjeux du transport ferroviaire en France - ont en tout cas apporté un coup de projecteur brutal sur les équations financières du secteur.

Ce dernier - SNCF et Réseau ferré de France confondus - est structurellement déficitaire de 1 à 1,5 milliard d'euros par an, une somme chaque fois couverte par un endettement supplémentaire. Pour Nathalie Kosciusko-Morizet, il appartient au secteur ferroviaire de «résorber lui-même, sans faire appel au contribuable, cette impasse de financement». La ministre de l'Écologie et des Transports n'a cependant fixé qu'à 2020 l'horizon de retour à l'équilibre structurel.

L'économiste Nicolas Baverez, qui présidait les travaux de la commission des Assises consacrée à l'économie du rail, s'est chargé d'égrener le

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant