Le racisme anti-Blanc, un phénomène «minoritaire»

le
0
Il n'existe aucune statistique permettant d'évaluer l'ampleur de ce que dénonce Jean-François Copé, mais les sociologues s'accordent pour dire qu'en France, les Blancs ne sont pas touchés par la discrimination.

«Si t'es pas contente, casse-toi, la Gauloise...» C'est à l'appui de ces propos qui lui auraient été rapportés par une habitante de Meaux que Jean-François Copé dénonce, dans un ouvrage à paraître prochainement, le développement d'un «racisme anti-Blanc».

Il est difficile de savoir si une telle forme de racisme connaît effectivement une progression. Tout d'abord parce qu'il n'existe aucun chiffre le mesurant. Si, chaque année, la Commission consultative des droits de l'homme publie par exemple un baromètre du racisme et de la xénophobie en France, aucune organisation similaire ne mesure de manière spécifique les actes de racisme visant les populations blanches. Peu nombreuses, les études de sociologues ou les rapports d'associations anti-racistes permettent toutefois de dresser un état des lieux.

Pour Tarik Yildiz, sociologue, auteur du Racisme anti-Blanc, une telle forme de racisme existe réellement, principalement dans les quartiers difficiles. «Il s'agit majo

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant