Le Racing et Carter veulent passer à autre chose

le , mis à jour à 09:21
0
Le Racing et Carter veulent passer à autre chose
Le Racing et Carter veulent passer à autre chose

« Merci de m'avoir écouté. J'espère que je ne vous ai pas trop ennuyés. » Toujours aussi bien élevé, Dan Carter a, mercredi, adressé ce message non pas aux cinq membres de la commission de lutte contre le dopage de la Fédération française de rugby (FFR) mais aux employés de la société Natixis où il venait de donner une conférence. Qu'avait-il dit quelques heures plus tôt, vers 11 h 15, au moment de quitter le siège de la FFR, à Marcoussis (Essonne) ?

 

Le secret du huis clos ne permettra pas de le savoir. Une chose est certaine, la star néo-zélandaise a apprécié d'en avoir terminé avec l'affaire qui empoisonne sa vie et celle de son club depuis vendredi. Ce jour-là, le journal « L'Equipe » avait fait état des traces de corticoïdes retrouvées dans les urines de trois joueurs du Racing (Carter, Rokocoko, Imhoff) au soir de la finale du Top 14. Rapidement, le club avait indiqué qu'il s'agissait « de traitements administrés par voie autorisée, prodigués en réponse à des pathologies avérées ».

 

Puis, Christian Bagate, responsable de la lutte antidopage à la FFR, avait assuré que les déclarations d'usage avaient été respectées par le staff médical du Racing.

 

Affaire classée ?

 

Suivant la procédure normale dans ce type de cas, les trois joueurs et le médecin du club, Sylvain Blanchard, étaient convoqués mercredi devant la commission fédérale. De 9 heures à midi, Imhoff, Carter puis Rokocoko ont été entendus séparément et assistés chacun d'un avocat. Sylvain Blanchard, l'ancien médecin de l'OM, très touché et marqué par le retentissement médiatique des derniers jours, a pu présenter et justifier l'ensemble de ses actions devant ses pairs. De source proche de l'enquête, le sérieux de son travail et son argumentation étayée ont été salués.

 

Carter, détendu et souriant tout au long de la matinée, n'a pas encore livré son sentiment. Il a seulement fait ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant