Le Racing a gardé la tête froide

le , mis à jour à 06:50
0
Le Racing a gardé la tête froide
Le Racing a gardé la tête froide

Une réaction de champion. Une semaine après avoir trébuché contre Bordeaux-Bègles (9-15) en ouverture du Top 14, le Racing a redonné le sourire à ses supporteurs, qui ont pu fêter le premier succès de la saison devant Lyon (29-16) le jour même où le bouclier de Brennus était présenté juste avant le coup d'envoi. Le tout avec le point de bonus offensif.

L'affaire n'a pourtant pas été de tout repos. La journée d'hier était davantage un temps à buller à l'ombre ou à aller se baigner qu'à passer sa fin d'après-midi à s'envoyer des peignées sur la pelouse de Colombes. C'était d'ailleurs peut-être l'idée du plaisantin qui, à un quart d'heure de la fin, s'est amusé à zigzaguer en slip au milieu de joueurs totalement hermétiques à ce spectacle. Car quitte à travailler dans une moiteur caniculaire, autant le faire avec sérieux. Et à ce petit jeu, c'est bien le Racing qui a gardé la tête la plus froide.

Dans un début de match compliqué, les promus lyonnais ont en effet rendu la tâche difficile à des Racingmen clairement supérieurs techniquement mais physiquement à la peine. Et le pied de Michalak gardait les Rhodaniens dans la course à mi-parcours (12-9). « On a manqué de patience, c'était difficile de mettre du rythme, regrette Laurent Travers, l'un des entraîneurs des Ciel et Blanc. On fait ensuite un début de seconde période de très belle facture. On maîtrise, on attaque bien, on enchaîne les passes. On manque encore de repère mais on a pu s'appuyer sur les acquis des dernières saisons. On ne va pas faire la fine bouche. C'est grâce à ce type de match qu'on va rattraper le retard à l'allumage. »

Physiquement, il était en effet difficile de lutter contre un adversaire qui a repris l'entraînement le 24 juin... le jour où le Racing remportait le championnat face à Toulon (29-21) ! « On savait qu'avec cette chaleur, ce ne serait pas évident. Le match n'était pas rythmé, il y avait beaucoup de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant