Le quasi-doublement du salaire du patron de PSA provoque des remous

le
1
Le patron de PSA, Carlos Tavares, lors de la présentation des résultats financiers du groupe automobile, le 24 février 2016 à Paris. (© E. Piermont / AFP)
Le patron de PSA, Carlos Tavares, lors de la présentation des résultats financiers du groupe automobile, le 24 février 2016 à Paris. (© E. Piermont / AFP)

Le président du directoire du premier groupe automobile français a reçu un salaire de 5,24 millions d'euros en 2015, selon le document de référence de l'entreprise publié vendredi. En 2014, sa rémunération s'était établie à 2,75 millions d'euros.

Cette forte progression est principalement due à l'accroissement de la «part variable» du salaire basée sur l'évolution des résultats. Or, PSA a connu une excellente année 2015, bouclant même en avance son plan de reconstruction censé s'étaler jusqu'en 2017.

La société a dégagé l'année dernière un bénéfice, pour la première fois depuis 2010, de 1,2 milliard d'euros. La rentabilité a elle aussi fait un bond: la marge opérationnelle de la division automobile a atteint 5%, au plus haut depuis 2002, et il suffit désormais à PSA de 1,6 million de véhicules pour couvrir ses frais fixes, contre 2,6 millions en 2013.

Un net contraste avec la situation de quasi-faillite que M. Tavares, transfuge de Renault, avait trouvée début 2014 quand il avait pris les rênes de ce fleuron industriel français. Il avait lancé un plan de retour aux bénéfices qui était notamment passé par des efforts demandés aux salariés.

A court terme, PSA n'avait dû son salut qu'à l'intervention de l'Etat français et du Chinois Dongfeng, tous deux entrés au capital à hauteur de 14%.

Or, les représentants de l'Etat au conseil d'administration ont voté contre la

Lire la suite sur le revenu.com


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • trebi il y a 10 mois

    Franchement, qu'Est-ce qui justifie un tel salaire ? Même si tout allait bien ou que PSA avait été redressée, il me semble que rien ne justifie de tels salaires pour ces personnes. C'est simplement un coût pour l'entreprise. On devrait plutôt plafonner tout haut salaire à 10 fois le smic !