Le Qatar, terre hostile pour les travailleurs migrants

le
0
Des ouvriers étrangers travaillant à la construction du stade d'Al-Wakrah, l'une des enceintes qui accueilleront les matchs de la Coupe du monde de football de 2022, rentrent dans leurs logements, le 4 mai 2015.
Des ouvriers étrangers travaillant à la construction du stade d'Al-Wakrah, l'une des enceintes qui accueilleront les matchs de la Coupe du monde de football de 2022, rentrent dans leurs logements, le 4 mai 2015.

Dans un rapport cinglant, l’ONG Amnesty International dénonce les « conditions de vie désastreuses » des ouvriers étrangers travaillant sur les chantiers de la Coupe du monde de football de 2022.

Cette nouvelle saillie ne va pas contribuer à redorer le blason terni du Qatar. Dans un rapport sans concession rendu public jeudi, Amnesty International fustige les « conditions de vie désastreuses » des ouvriers étrangers – pour la plupart venus d’Asie (Inde, Népal, Bangladesh) – travaillant sur les chantiers de la Coupe du monde de football de 2022, que Doha accueillera sur son sol. The GuardianL’ONG de défense des droits de l’homme, sise à Londres, dénonce le recours systématique au travail forcé, adressant au passage un « carton rouge » à la Fédération internationale de football (FIFA) qui, selon elle, « ne fait pas grand-chose » pour remédier à cette pratique. BBC, CNN« La litanie des abus subis par la plupart des travailleurs au Qatar est accablante », insiste-t-elle. Et de citer, entre autres, les « logements sordides surpeuplés, la tromperie quant à la rémunération ou au type de travail offert, le non-versement ou paiement en retard des salaires et la non-délivrance de permis de séjour par des employeurs, ce qui fait courir le risque aux ouvriers d’être arrêtés et expulsés en tant que “fugueurs” ».Elle critique également la « kafala », ce système de « parrainage » local qui fait des salariés la quasi-propriété de leur employeur ; une forme de tutelle assimilée à de l’esclavage moderne. Deutsche WelleUne situation d’autant plus préoccupante que les travailleurs migrants représentent plus de 90 % de la main-d’œuvre du pays (2,1 millions d’habitants en 2014).Ces criti...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant