Le Qatar promet d'assouplir les restrictions sur les travailleurs étrangers

le
0
Le Qatar promet d'assouplir les restrictions sur les travailleurs étrangers
Le Qatar promet d'assouplir les restrictions sur les travailleurs étrangers

Sous le feu des critiques des organisations de défense des droits de l'Homme, le Qatar a promis mercredi une série de mesures visant à assouplir les restrictions sur le séjour des travailleurs étrangers et améliorer leurs conditions de travail. Le pays hôte de la Coupe du Monde de football en 2022 veut notamment abolir le système de parrainage (kafala) des travailleurs immigrés.

Vers l'abolition de la kafala

Le parrainage est un système juteux pour les autochtones des monarchies pétrolières du Golfe, qui leur permet d'engranger des revenus en monnayant le «parrainage» de tout expatrié, qui se voit parfois confisquer son passeport -et donc sa liberté de mouvement - par son parrain. Bahreïn est le seul pays de la région à l'avoir aboli, alors que les Emirats et le Koweit ont assoupli certaines dispositions comme l'imposition d'un visa de sortie.

 «Les principaux amendements de la législation concernent l'abolition de la kafala et son remplacement par un système de contrat de travail», a annoncé le colonel Abdallah Al-Mohannadi, directeur du département des droits de l'Homme au ministère de l'Intérieur, lors d'une conférence de presse. La nouvelle loi doit cependant être soumise au Conseil de la Choura, une instance consultative, et à la Chambre de Commerce et d'Industrie avant son adoption.

Plus de visa de sortie

Plusieurs responsables ont participé à la cette conférence de presse, annonçant une série de mesure assouplissant les restrictions sur le séjour des travailleurs étrangers et permettant d'améliorer leurs conditions de travail. Ainsi, les travailleurs étrangers pourront désormais obtenir leur visa de sortie au ministère du Travail, et ne seront plus à la merci de leur employeur qui pouvait leur interdire de quitter le territoire. 

Les organisations de défense des droits de l'Homme ont réclamé avec insistance l'annulation des visas de sortie. L'une des victimes de cette disposition a été ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant