Le Qatar laisse Glencore dans l'incertitude sur Xstrata

le
0
QATAR HOLDINGS NE SE PRONONCE PAR SUR XSTRATA
QATAR HOLDINGS NE SE PRONONCE PAR SUR XSTRATA

par Clara Ferreira-Marques et Kate Holton

LONDRES (Reuters) - Le fonds souverain du Qatar, deuxième actionnaire d'Xstrata, n'a pas voulu apporter son soutien immédiat à l'offre améliorée de Glencore pour le rachat du groupe minier, malgré un rapprochement apparent la semaine dernière.

Qatar Holdings a déclaré mardi ne pas avoir arrêté sa position par rapport à la nouvelle offre de 37 milliards de dollars (29,15 milliards d'euros) détaillée la veille par le géant du négoce, ajoutant qu'il prendrait sa décision en temps et en heure une fois passées en revue toutes ses implications.

"Qatar Holding souhaite préciser qu'il n'a pas encore pris la décision d'accepter ou non la proposition révisée", a déclaré le fonds dans un bref communiqué.

"Qatar Holding prendra sa décision en temps voulu, après un examen approfondi des conséquences du changement de direction prévu, des autres éléments de l'offre révisée, ainsi qu'une prise en compte des positions du conseil d'Xstrata", a-t-il dit.

Le Qatar est devenu un acteur incontournable du projet de Glencore de racheter Xstrata, le quatrième groupe minier diversifié dans le monde, avec pour ambition de créer un géant mondial du négoce et de la production minière.

Via des achats agressifs sur le marché depuis l'annonce du projet de reprise en février, le fonds souverain de l'émirat s'est constitué une participation de 12% dans le capital de Xstrata, une position clé sachant qu'une minorité de 16,5% du capital est en mesure de bloquer l'opération.

PRIME DE 27%

Lundi, Glencore a exposé dans le détail sa nouvelle offre, tout en disant qu'il ne relèverait pas davantage le prix proposé.

Menacé de voir capoter son projet en raison notamment de l'exigence du Qatar d'un prix plus élevé, Glencore a relevé les conditions de son offre, portant le ratio d'échange à 3,05 actions par action Xstrata, contre un ratio 2,8 auparavant.

Le Qatar, deuxième actionnaire derrière Glencore, avait demandé en juin à ce que le ratio d'échangé soit porté à 3,25 mais avait donné des signes de flexibilité ces derniers jours.

Selon des sources proches du dossier, le Qatar, agacé de voir que son soutien est tenu pour acquis, n'est pas pressé de prendre une décision et pourrait attendre au-delà du communiqué du conseil de Xstrata, prévu le 24 septembre, voire au-delà, sachant que le vote des actionnaires est prévu d'ici un mois.

D'autres actionnaires institutionnels, en cours de consultation par le conseil de Xstrata, ont indiqué lundi qu'ils pensaient que l'offre pourrait passer, bien que certains d'entre eux critiquent notamment le projet de nommer le directeur général de Glencore, Ivan Glasenberg, à la direction du nouveau groupe, à la place de Mick Davis de Xstrata prévu initialement.

L'offre actuelle représente une prime de 27% par rapport au ratio des cours de Glencore et de Xstrata la semaine dernière, lorsque le marché pensait que l'opération ne se ferait pas.

Kate Holton, Benoit Van Overstraeten et Juliette Rouillon pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant